Dans un message en hommage à son père Victo Fotso inhumé le 20 Juin 2020, Nadia Fotso déplore l’échec qu’a eu son père dans la gestion de sa vie privée.

Christelle Nadia Fotso s’insurge contre les évènements déplorables qui ont succédés l’inhumation de son père. Décédé il y’a trois mois en France, c’est le 20 juin 2020 que Fotso Victor a finalement rejoint la terre de ses ancêtres, sis à Bandjoun région de l’ouest. Cette période de longue attente a été marquée par des vives tensions au sein de la grande famille Fotso et Cie. Selon Christelle Nadia Fotso, avocate au barreau de Washington aux États-Unis, son père de son vivant n’avait pas entrepris de bonnes initiatives pour mener le chemin vers sa dernière demeure. « A mon père, il est reproché de ne pas avoir réussi également sa vie privée en scandaleusement laissant croire qu’il devait tout réussir pour être honoré et ne pas être souillé durant au moins la sacrée saison du deuil », affirme Nadia Christelle Fotso.

En effet, Victor Fotso était l’époux de 25 femmes et père d’environ 120 enfants. Il est le fondateur de plusieurs entreprises sur le plan national et international. Parmi elles, la Société Africaine de Fabrication de Cahiers (SAFCA), PILCAM, FERMENCAM, FABASSEM, FISHCO, PHYTOCAM, PILCAM, PROLEG, UNALOR et SOPICAM la banque CBC… Des entreprises qui l’ont sans doute élevées au rang des hommes les plus fortunés du Cameroun. De son vivant, il y’avait déjà des querelles au sujet de son héritage. Après sa mort, les hostilités ont pris du large et sa dignité en a été affectée. Une chose que sa fille tente d’ailleurs de réparer. « Mon combat est celui d’une fille qui refuse qu’on piétine la mémoire d’un homme qui a fait, jusqu’au bout, l’effort d’être exemplaire, de ne pas s’exhiber et de ne pas mettre en scène son intimité.   Face aux chiens qui se ruent sur son honneur, face aux vautours qui mangent sa dépouille, je choisis de mettre la lumière où elle doit rester, son parcours.  En dépit de ma douleur et de ma colère, je tâcherai de prendre la hauteur qu’il faut pour lui rendre hommage en rappelant combien il était difficile de devenir et de rester aussi longtemps Fotso ! La vie de mon père, du Patriarche Fotso a été trop exceptionnelle pour s’arrêter à une tragédie ».

Nadia Fotso affirme que son père avait exalté le déroulement honorifique des obsèques de l’ancien président français Jacques Chirac. Sentant venir sa mort, il se demandait « s’il aurait droit aux mêmes honneurs, au même respect et si sa famille, ses amis, ses pairs, ses alliés politiques, son village, son pays et son continent sauraient le temps d’une messe reconnaître qu’il n’avait à être ni angélique ni christique pour être un digne fils d’Afrique », poursuit-elle.

En regrettant n’avoir considérablement pas protégé les intérêts privés de son cher papa, Nadia Christelle espère retrouver la paix en accomplissant ses dernières volontés. « Je choisis de réaliser son dernier rêve : une messe privée pour ses intimes sera donnée à la Cathédrale Saint Louis des Invalides le 17 septembre Prochain. Elle sera suivie d’une messe publique à l’Eglise Saint Sulpice.  Puis le 24 octobre à la Cathédrale Saints Michel et Gudule de Bruxelles se tiendra une messe publique suivie le lendemain par une conférence au Musée de l’Afrique Centrale de Tervuren », a-t-elle promis. Victor Fotso de son vivant avait tenté tant bien que mal de rassemblé sa grande famille. Il s’en va en laissant une famille en guerre, précisément une guerre pour son héritage.

Share:

11 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.