Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Le président du parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), institue une école pour bâtir la conscience politique et idéologique des militants et sympathisants de son parti.  Beaucoup  ont souvent brillé par leur indiscipline.

En avril dernier, alors que la passe d’arme entre Me Alice Nkom et Cabral Libii agitait la scène politique, le leader du PCRN a tenté de calmer les esprits en appelant ses militants à la retenue.  « Militants et sympathisants du PCRN. Bien vouloir vous abstenir de propos inutilement clivants, stigmatisants et confusionnels qui éloignent vos répliques de la ligne du PCRN… Restons focus sur le leadership de l’intelligence et des idées. Le temps de la diversion est écoulée» a écrit Cabral Libii.

En 2020, il signe plusieurs mises en garde et rappel à l’ordre. L’un interpelle les militants, les élus et même les sympathisants de sa formation politique, sur les communications qui sont faites à tout bout de champ, sans l’autorisation des instances compétentes du PCRN.

Le président national du PCRN note même que certaines positions rendues publiques au nom de son parti ne sont pas en accord avec ses idéologies. Se désole que des cadres et même des élus ne collaborent pas avec le Secrétariat national à la presse.

Plus tard, Cabral Libii dénonce  les militants qui contractent abusivement les dettes au nom du parti. «Le PCRN décline toute responsabilité à propos des endettements contractés en son nom, par ses militants et sympathisants sans accord préalable et formel de la direction du parti », écrivait-il dans un communiqué publié le 12 novembre dernier.

Au terme des élections régionales du 6 décembre, le candidat sorti troisième à la présidentielle de 2018, déplore la volte-face de certains militants qui auraient votés contre le parti, mais au profit du RDPC au pouvoir.  «Dans le Nyong et Kelle au Centre, parti avec 128 conseillers municipaux, le PCRN s’en sort avec 97 suffrages (régression).  Ce qui veut dire que le PCRN a perdu la confiance de 31 conseillers municipaux. Faut aussi rappeler que c’est dans ce Département que le PCRN avait en théorie des chances de victoire avec au départ 3 conseillers de plus que son suivant le RDPC » s’étonnait-il.

C’est sans doute pour stopper ces dérapages que le jeune député à l’Assemblée nationale  met sur pied  au sein du PCRN une académie donc les objectifs sont de : « bâtir la conscience politique et idéologique des militants et sympathisants, de préparer ces derniers à œuvrer efficacement pour l’atteinte des objectifs fixés par le parti tant en interne que pour la nation », lit-on dans la décision qui crée l’entité.

En rappel, Cabral Libii a été élu président du parti le 11 mai 2019, au cours du premier congrès du parti tenu à Guidiguis dans la région de l’Extrême Nord. Il a remplacé Robert Kona, fondateur du PCRN, qui dirige le parti depuis sa création en 2003. Le PCRN participe aux élections municipales et législatives camerounaises du 9 févier 2020 et remporte 5 sièges à l’assemblée nationale, 7 communes, et plus de 200 conseillers municipaux.

Cet article Cameroun : une académie pour discipliner les militants du PCRN est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar