Un dossier, pour le moins sulfureux, préoccupe actuellement le Contrôle supérieur de l’État (Consupe) dont les inspecteurs ont longtemps enquêté au ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). Il a trait à un présumé détournement de fonds, estimé à 21 milliards de francs, en rapport avec un achat de 150 engins usagés de travaux publics aux États-Unis pour le compte du Génie militaire. Ladite enquête s’est étendue aux ministères de la Défense (Mindef) et des Travaux publics (Mintp). Mindef au moment des faits, Edgard Alain Mebe Ngo’o a sollicité le concours de son collègue du Minepat, Emmanuel Nganou Djoumessi.

Avec le directeur des matériels interarmées (Dirmatia), le colonel Jean Jacques Fouda, ils ont mis en place un plan destiné à mobiliser des fonds pour l’achat desdits engins. Lesquels étaient pourtant un don du garage Offman Equipment, sis dans le New Jersey aux États-Unis. Il était juste demandé, au bénéficiaire, de financer les opérations de manutention, de transport, etc.

C’est ainsi que le Minepat contacte la Société Générale de New York, banque américaine d’import- export, et charge son homme de main, Patrice Ndongo Seh, d’origine camerounaise, de nationalité française et établi aux États-Unis, de prendre attache avec la société Offman Equipment aux fins de bénéficier d’une assurance formelle auprès de US Exim, une procédure permettant d’obtenir un crédit acheteur, pour un taux d’intérêt de référence inferieur ou égal 2%.

Patrice Ndongo Seh, dont il s’agit dans ce dossier avait déjà, en 2016, été épinglé dans son rôle d’intermédiaire dans projet ayant permis à l’entreprise américaine Acrow Bridge de se voir décerner le prix «Affaire de l’année» (Deal of the year), aux États-Unis. Cette société avait signé deux accords de prêt, d’un montant total de 45,9 milliards de francs, en vue de la construction de 55 ponts métalliques en sections préfabriquées modulaires au Cameroun. Etalé sur deux ans, le projet devait permettre de désenclaver les grands bassins de production agricole. C’est finalement en avril 2019, au plus fort de la controverse, que 195 conteneurs de matériaux préfabriqués ont été réceptionnés au port de Douala.

Pour revenir aux épaves américaines, Offman Equipment avait soumis son offre technique et financière à M. Mebe Ngo’o, pour un montant équivalent à 21 milliards de Fcfa et un taux d’intérêt de 9%. De son côté, M. Nganou Djoumessi avait soumis, via Ndongo Seh, les termes et conditions de financement de l’opération à la Société Générale de New York.

Dans sa démarche mafieuse, il se passera de l’avis conforme, pourtant obligatoire, du Comité de la dette publique du Cameroun. S’ensuivra décret présidentiel habilitant le Minepat à signer, avec la Société Générale de Banques et US Exim, un accord de prêt de 21 milliards Fcfa pour un don de matériel gratuit au profit du Génie militaire. Pour faire simple, les engins d’occasion sont présentés comme ayant été achetés à crédit, avec un remboursement étalé sur 7 ans.

La fameuse acquisition parviendra au port de Douala en 2015, alors que les fonds détournés ont déjà été partagés au sein du réseau. Aucun crime n’étant parfait, des mécontents du partage, voire des oubliés, vont ébruiter l’affaire. Plus encore, il s’est avéré, au bout de quelques semaines seulement, que les 150 matériels étaient inutilisables.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar