Les faits : Deux jeunes confrères de Douala ont été placés sous mandat de détention provisoire hier à la prison centrale de Douala pour outrages à magistrat, tentative de corruption et escroquerie.

Ils passaient en flagrant délit ce jour au TPI de Douala Bonanjo.

A l’occasion, les avocats se sont mobilisés en grand nombre(plus de 500) pour solliciter la mise en liberté provisoire de ces deux confrères.

Après des débats houleux entre les avocats et le parquet, le juge en charge du dossier a mis le dossier en délibéré sur la demande de mise en liberté pour l’audience du 25 Novembre 2020.

Cela a véritablement irrité les avocats qui s’attendaient à une décision sur le siège ou tout au plus à un délibéré à bref délai.

Les voix se sont élevées, le juge a suspendu l’audience. Les gendarmes et policiers présents en nombre impressionnant dans la Cour du Tribunal ont fait irruption dans la salle d’audience. ”

CR
Me Laurent Moukam

LA POSITION DE PATTY BEBE!

En tant citoyenne engagée dans la réconciliation nationale et la construction réelle de notre société et notre pays, j’en appelle à nos hommes de loi à ne pas oublier de si tôt l’origine de l’exacerbation de la crise dans le NOSO.

Quelque soit la pression sous laquelle ils se trouvent, j’ose espérer qu’ils sont formés à garder leur sang froid, une haute maîtrise de leurs pulsions et un discernent conséquent en toute épreuve, afin d’éviter l’utilisation abusive de la violence, car la violence incite et appelle la violence.
Nous avons besoin de nous parler dans le stricte respect des libertés individuelles et fondamentales. Une justice impartiale pour TOUS fait partie de ces libertés.

Rien n’explique l’utilisation d’armes et bombes à gaz contre des citoyens innofensifs et non armés qui ne réclament qu’une justice impartiale pour leurs confrères et compatriotes.

Ne répétons pas des erreurs qui coûtent cher à la Nation et à la république depuis quatrex(04) ans.

Quant aux magistrats, dites le Droit et rien que le Droit. Notre justice affiche déjà une mine très affigeante et nos prisons en sont le reflet.
Relevons-nous! C’est une urgence et la crise anglophone est là, perdure pour nous le rappeler. Nous devons l’avoir comme un mirroir à chaque fois que nous posons des actes en direction de nos compatriotes.

Par Patty Bebe

Le flux rss de camer.be

Share: