Tel n’a d’ailleurs pas été le cas. Après une concertation avec le recteur de ladite école le professeur Magloire ONDOUA,ces enseignants sont revenus sont revenus en de meilleurs sentiments. Ils ont accepté de mettre les cours à la disposition des apprenants, à travers la plateforme E-book.

Les professeurs de l’université de Douala ont finalement changé d’avis. Après un tête-à-tête avec le patron de l’institution à propos de l’utilisation de la plateforme E-book, ils ont décidé de remettre leurs cours à l’administration. Ces derniers seront publiés sur la plateforme de collaboration, pour permettre aux apprenants d’étudier en restant chez eux comme l’oblige le confinement.

Un communiqué du président de la coordination du Syndicat National des Enseignants du Supérieur (SYNES ) de l’Université de Douala, datant du 17 Avril 2020 donne plus d’éclairage à ce sujet :«Le Recteur a expliqué que la présence de E-book se justifiait par l’incapacité de la DSI (Direction du Service Informatique , NDLR) à assurer seule la mise en ligne des cours, ce qui a nécessité le recours à un opérateur privé; qu’aucun protocole n’avait été attribué au prestataire en question dans cette opération de traitement de mise en ligne des cours», renseigne le Pr André EYANGO DJOMBI.

En effet, depuis que les écoles ont été fermées sur ordre du gouvernement, apprenants et enseignants sont à la maison. Toutefois, l’administration menait des actions dans le but d’instruire les étudiants. C’est ainsi que les enseignants soupçonnaient alors la régie d’utiliser leurs cours à des fins commerciales sur la plateforme E-book. Ils exigeaient de voir clair sur les termes du contrat qui lie l’université à ladite plateforme. Ayant eu l’assurance que « les cours seront gratuitement remis aux étudiants », et qu’il n’y aura pas de contrepartie à verser aux enseignants, le SYNES a invité ses membres à reconsidérer leur position, quoique pas très peu convaincu par l’argumentaire du recteur.

« La coordination a réservé un accueil mitigé à ces arguments. Mais eu égard au contexte créé par le COVID-19, et conformément à la volonté du gouvernement de la République, nous appelons les enseignants à bien vouloir remettre leurs cours du second semestre pour leur mise en ligne ».

En effet, la communauté éducative du Cameroun cherche des astuces pour continuer à former les apprenants, dans le but de bâtir un avenir meilleur à la nation. Dans un contexte où le coronavirus bouleverse tous les calendriers, Les apprenants aussi sont appelés, à saisir le taureau par les cornes, afin que les différents efforts ne tombent pas à l’eau.

Share:

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.