Chers Amis femmes et hommes des médias. Chers Compatriotes. Mesdames et Messieurs

Parce que nous sommes fidèles à notre profession de foi ainsi qu’à nos engagements et à nos promesses, dont le dialogue, la réconciliation, le pardon et la paix demeurent les principaux axes de réflexion, de travail et d’évolution. Parce que notre attachement à notre pays, la promotion de son image, et la défense de ses institutions nous obligent de rester mobilisés, éveillés, actifs et proactifs pour la patrie, nous nous retrouvons ici, pour faire entendre notre voix, pour exprimer la flamme d’un Cameroun qui avance.

Mesdames et Messieurs,

Le Monde avance, le Cameroun avance, et la patrie est débout, avec le MPDR résolument à ses côtés. Les points majeurs de nos préoccupations du moment, s’articulent ainsi qu’il suit :

1 – Sur notre intense activité diplomatique

Comme nous vous l’avions fait savoir par notre communiqué de presse du 20 Octobre 2020, nous avons effectivement commencé le tour des missions diplomatiques et des représentations des organismes internationaux accrédités à Yaoundé. Nous avons ainsi été reçus à notre demande, par SE Mme la Chargée d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis, ainsi que par SEM le Haut-Commissaire du Canada, respectivement le 22 et le 23 octobre 2020. Nous remercions infiniment ces hauts diplomates qui nous ont fait confiance, et réservé le meilleur accueil possible. Nos échanges ont été teintés de franchises.

Le MPDR tient à ce que les partenaires et amis de notre pays, soient informés correctement sur sa situation actuelle, sur les efforts entrepris par le Chef de l’Etat et son gouvernement, pour promouvoir le dialogue, la réconciliation et la paix, sans idées préconçues et sans aucune volonté d’exclusion ou de marginalisation de qui que ce soit, et de quel que groupe que ce soit. Nous allons poursuivre notre démarche, et encourageons d’autres formations politiques nourrissant des sentiments patriotiques effectifs, à nous emboîter le pas. La défense, la protection et la promotion de l’image de notre pays est l’affaire de tous, et les diplomates présents chez nous, attendent ces occasions. Nous savons bien que quand les vrais patriotes ne le font pas, les antipatriotes s’empressent d’aller réciter le mensonge et le sabotage.

2 – Sur les prochaines élections des Conseils régionaux

Le MPDR exprime sa satisfaction sur le rythme de préparation de la logistique par ELECAM, ainsi que sur l’engouement dans les états-majors des partis et des candidats à tous les niveaux.

Le MPDR rappelle à nouveau l’importance de la mise en place des Conseils régionaux pour l’avancement de notre pays, pour sa démocratie et pour l’émancipation politique des populations. C’est une étape cruciale qui va porter le pays vers de nouveaux horizons de développement très prometteurs.

3 – Sur la Journée de deuil national du 31 octobre

Décrétée par le Chef de l’Etat, consécutivement à l’assassinat des enfants dans leur classe à Kumba le 24 octobre 2020, cette journée a été marquée par une manifestation d’émotions intenses et vives, aussi bien au Cameroun que dans la diaspora.

Le MPDR observe que les Camerounaises et les Camerounais aiment leur pays, militent pour la paix dans leur pays, et savent le montrer, comme durant cette journée de deuil national, qui aura uni les cœurs et fait vibrer plus de patriotisme.

Le MPDR déplore les incidents survenus en Suisse, entre l’autorité de notre mission diplomatique, et quelques compatriotes à cette occasion. Nous voulons y voir une simple incompréhension et une absence de coordination dans la douleur, plutôt qu’une grave divergence d’émotions pour la mémoire des pauvres enfants innocents assassinés. Nous condamnons tous les excès d’où qu’ils proviennent, et réitérons l’urgence du dialogue partout où le patriotisme devrait s’exprimer.

4 – Sur l’enlèvement des enfants et des enseignants à Kumbo le 3 Novembre 2020.

Quels que soient les auteurs, le MPDR condamne avec la plus grande fermeté, ces agissements qui laissent clairement voire maintenant, que des individus déséquilibrés, ont choisi les enfants, leur destin et leurs encadreurs, comme chair à canon, comme jouets pour le pire, comme otages pour des imbécilités et des obscurantismes, au nom d’une cause qui n’a plus de sens.

Le MPDR exige sans condition et sans délai, la fin de ces agissements, et demande que les enseignants soient libérés immédiatement.

Le MPDR demande également à tous les soutiens de ces groupuscules criminels, de se dévoiler et d’assumer leurs responsabilités. Rien ne peut justifier autant d’écarts et de crimes, pas même des revendications d’indépendance et de sécession, pas même le désir inconsidéré de quelques individus de s’installer au sommet de l’Etat à Yaoundé.

5 – Sur les attaques contre Brenda, la fille du Chef de l’Etat

Le MPDR déplore très amèrement, l’extension des provocations de toute nature, aux progénitures du président de la République. Les auteurs devraient en revenir à la raison, et se rappeler que personne ne décide de naître de tel père et de tel mère, que personne ne choisit son village ou sa case de naissance. Par ailleurs, il ne devrait être reproché à personne, de jouir du statut de ses parents, de sa famille, tout comme des gloires et faveurs engendrées par son pays ou sa famille. Laissons les enfants d’autrui tranquilles.

6 – Sur le climat politique dans le pays

Le MPDR exhorte le gouvernement à poursuivre sans relâche, ses efforts pour réussir le dialogue, par tous les moyens et voies possibles, mais absolument dans le cadre et le respect de l’ordre constitutionnel, de la valorisation des institutions, et de l’adhésion pleine et entière aux lois et règlements de la République.

A ce propos, le MPDR renouvèle sa satisfaction pour la décision du Chef de l’Etat, de mettre en suspens, le projet de nouvelles taxes et des droits de douane concernant certains produits de télécommunication.

Le MPDR saisit cette occasion, pour inviter tous les hauts responsables du pays, les chefs des partis, les leaders d’opinion, les opérateurs économiques, les élus et les intellectuels de tous les niveaux, à faire preuve d’honnêteté et de sincérité dans leurs rapports, leurs actions et leurs déclarations au quotidien, aussi bien en public qu’en privé. La politique peut, selon certains, être un art de la ruse, du mensonge et de la roublardise, mais la rançon et les conséquences de cette option voire de cette interprétation fourbe, fini toujours par être lourde de préjudices et de surprises pour ceux qui la pratiquent.

Le MPDR rappelle alors, que le destin d’une nation n’est pas dépendant de la force, ni de la ruse, ni de la fortune et ni des amitiés lointaines, sournoises, secrètes, opportunistes ou variables.

Le MPDR rappelle à tous et à chacun, que personne, ni aucun groupe, ni aucune région, ni aucune tribu, ne peut gouverner le Cameroun tout seul. Nous sommes condamnés par notre richesse cultuelle, résultat de notre diversité, à rester ensemble, à travailler ensemble, à réfléchir et à avancer ensemble, et cela quelle que soit la forme de l’Etat. Le premier président contrairement à quelques affirmations tendancieuses à reculons, ne s’était pas trompé en laissant les manettes du pays à un haut collaborateur d’une origine ethnique différente de la sienne. C’est une leçon importante et un pan sacré de notre histoire politique patrimoniale.

AU PLAN INTERNATIONAL

7 – En Afrique,

Des élections présidentielles ont eu lieu en Guinée Conakry, en Tanzanie et en Côte d’Ivoire. D’autres sont prévues au Niger, au Burkina Faso et en Centrafrique. Dans tous les cas, le président a été reconduit, en dépit de moult contestations, observations et réclamations.

Le MPDR prends acte de l’état des lieux, des pouvoirs et des projets dans tous ces pays, et souhaite vivement que tous les acteurs ne manquent pas, en dépit des déclarations de campagne parfois violentes, de retrouver rapidement le chemin du dialogue et de la réconciliation.

Le MPDR regrette amèrement la conduite de l’opposition en Côte d’Ivoire, et espère que ses animateurs n’ont pas perdu de vue, que c’es par eux, et à cause d’eux et de leur politique d’exclusion sadique dite de l’Ivoirité, que le pays avait été plongé dans la haine et la division en 2011. Ils doivent rechercher dans cette grave faute digne de la politique d’apartheid, les raisons de leur échec. Par ailleurs, le refus de participer aux élections est toujours une erreur à ne pas commettre. Pour cela, la décision du leader de l’opposition guinéenne, Cellou Dalien Diallo de compétir, relève d’une sagesse à saluer.

En Côte d’Ivoire, le MPDR fait dorénavant confiance au président Alassane Ouattara, pour traiter avec dignité et élégance, celui qu’il continue d’appeler son grand frère, en l’occurrence l’ancien président Henri Konan Bédié. Même un grand peut se tromper. Il faut le lui pardonner.

Une élection présidentielle est également prévue en décembre dans le pays frère de la Centrafrique. Notre souhait le plus ardent, c’est que les choses se passent bien, malgré la continuité de l’activisme des groupes armées dans certaines régions. Le MPDR salue déjà le formidable travail de restauration de l’autorité de l’Etat ainsi que de la relance des activités économiques, abattu par le président Faustin Ange Touadera, lequel est candidat à sa propre succession.

Le MPDR se félicite de la stabilisation institutionnelle en cours au Mali, mais déplore la poursuite des attaques terroristes qui ne permettent pas d’envisager la transition avec le maximum de sérénité. Nous exhortons les partenaires internationaux à persister dans leurs efforts, pour aider ce pays important d’Afrique de l’Ouest à redevenir serein.

Le MPDR se félicite de l’amélioration des relations entre le Rwanda et le Burundi, qui a permis le retour de milliers de réfugiés burundais dans leur pays. C’est une très bonne nouvelle pour la sous-région des Grands Lacs.

Le MPDR se félicite des avancées dans les efforts pour une solution pacifique en Lybie, notamment la fin de la guerre et les bonnes perspectives d’un gouvernement et d’un parlent d’union nationale.

Le MPDR déplore les dissentions dangereuses entre les alliés en RDC, et espère vivement que la raison saura l’emporter et épargnera ce grand et très riche pays d’Afrique centrale et des Grands lacs, de nouveaux lendemains de graves divisions et déflagrations politiques.

8 – En Amérique,

Le MPDR, note le retour au pouvoir en Bolivie, de la gauche progressiste de l’ancien président Evo Morales, lequel est toujours réfugié à l’étranger, et souhaite cette gauche soit plus pragmatique pour éviter les erreurs du passé.

Le MPDR note l’agitation et l’incertitude à l’issue de la présidentielle aux Etats-Unis, où les candidats républicain et démocrate, sont finalement enfermés dans une compétition beaucoup plus incertaine qu’on ne le prévoyait.

A ce propos, nous souhaitons bon vent au nouveau président quel qu’il soit, et rappelons simplement que la politique étrangère des Etats-Unis des quatre dernières années, aura profondément déçu, et bouleversé négativement l’échiquier diplomatique planétaire. En effet le Président Trump a remis en cause les principaux acquis du multilatéralisme, de la sécurité collective, et des mesures de confiance indispensables pour la coopération pacifique entre les nations convenues dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies.

Le MPDR insiste, s’agissant des implications de cette élection pour l’Afrique, sur le fait que les Etats ont des intérêts et non des amis. Ce sont ces intérêts, souverainement et chroniquement ancrés sur des réalités géopolitiques et géostratégiques immuables, permanentes et stables, qui impulsent et ordonnancent la démarche des Etats.

9 – En Europe

Enfin, le MPDR observe avec regrets, les développements anti-français en cours dans quelques pays de tradition islamique, suite aux interprétations données aux déclarations du président Emmanuel Macron, après la multiplication des attentats terroristes, dues à des factions radicales islamistes sur le sol français.

Le MPDR en appelle à la raison et au pragmatisme, et fait sienne, la réalité selon laquelle, la France demeure un pays profondément accueillant, ouvert à toutes les religions, et surtout respectueuse des diversités. A ce propos, il ne faut pas perdre de vue que la France a toujours eu une politique internationale pro-arabe, comme pour preuve, l’intervention du président François Mitterrand au Liban en 1982, pour sauver la direction palestinienne menacée d’écrasement complète.

Le MPDR exprime sa solidarité avec le peuple français victime du terrorisme, mais comprends également les réactions d’indignation de certains secteurs du monde islamique, face à des interprétations incorrectes de la liberté de la presse, et les tentations de blasphème des valeurs islamiques, notamment l’image de son prophète. Il faut aller vers l’apaisement et des explications humbles comme a commencé de le faire le président Macron. Le dialogue, le pardon et la réconciliation s’imposent donc partout, en tout et sur tout.

Le MPDR déplore la poursuite de la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. En effet il faut raisonnablement craindre que l’échec des différentes médiations, l’implication de plus en plus ouverte des puissances étrangères, notamment la Turquie, et le recours à des systèmes d’armes de mieux en mieux sophistiqués, ne débouchent sur une situation définitivement incontrôlable au cœur de la médiane européenne et asiatique.

10 -Les rapports avec les autres partis et formations politiques

Le MPDR poursuit ses consultations et des contacts, en vue d’une harmonisation des vues et des objectifs, pour la promotion effective du dialogue et de la réconciliation.

Nous allons mener ces contacts avec humilité et ouverture comme toujours, et seulement dans l’intérêt de notre pays.

Le MPDR rappelle en outre, que nul ne saurait tuer ou haïr son pays, au point de vouloir simplement le voir déchiré, explosé et détruit. Le Cameroun reste et demeure nôtre, et même si vous détestez ses dirigeants, vous devez avoir la sagesse de ne pas le trahir. C’est notre bien commun.

Le MPDR rappelle, pour ceux qui sont à l’extérieur, de méditer les exemples d’Abel Eyinga et de Mongo Béti, virulents et pertinents patriotes, qui sont rentrés faire entendre leur voix sur le sol national, qui y ont terminé en gloire leur vie, et qui y sont enterrés auprès de leurs ancêtres.

C’est ici, à la maison, sans haine ni passion excessive ni honte ni vengeances, que nous devons travailler, nous donner la main, nous asseoir, et trouver des solutions./.

Pour le Dialogue et la Réconciliation

Pour la paix

Pour l’avancement de notre pays

Vive le MPDR

Vive le Cameroun

SHANDA TONME
Président, Médiateur Universel

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar