Le Mindef, Joseph Beti Assomo, conduit depuis hier une mission conjointe de commandement militaire à Buea et Kumba, sur instructions du chef de l’Etat.

Un lundi ordinaire à Buea, chef-lieu de la région du Sud-Ouest. Le “Ghost Town” s’est essoufflé et les populations se sont familiarisées avec la circulation régulière des véhicules jaunes (taxis). Le trafic intense sur l’axe qui conduit dans les Services du gouverneur est même interrompu par les forces de l’ordre pour que le cortège du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, y accède. C’est en ces lieux que s’est tenue hier, la réunion de sécurité, première étape de la mission de commandement militaire instruite par le chef de l’État, chef des Forces armées, Paul Biya. Cette descente conjointe a impliqué la direction générale de la recherche extérieure, représentée par son directeur général, Maxime Léopold Eko Eko, la délégation générale à la Sûreté nationale, représentée par le directeur de la sécurité publique, le commissaire divisionnaire Jeannette Ewu Akenji.

Cameroun : Des enseignants kidnappés lors de l’attaque d’une école presbytérienne à Kumbo

Le chef d’état-major des armées, le général de corps d’armée, René Claude Meka, était à la tête des hautes autorités militaires des services centraux. Outre la délégation des officiers généraux venus de Yaoundé, le gouverneur de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï, le commandant de la 2e Région militaire interarmées, le général de brigade aérienne Benoît Eba Eba, le commandant de la 2e région de gendarmerie, le général de brigade Élias Toungue, ont pris part à cette rencontre à huis clos.

Rien n’aura filtré de ces échanges de plusieurs heures. Mais comme on peut le deviner, l’événement dramatique survenu à Kumba le 24 octobre dernier, est le prétexte de cette descente dans le Sud-Ouest. Les forces de défense et de sécurité dans toutes leurs composantes et les fonctionnaires de la Dgre sont mobilisés pour que la sécurité des populations et de leurs biens soit renforcée. De source militaire, cette réunion stratégique de sécurité conduite par le Mindef a permis d’apprécier la situation qui prévaut dans la région, mais surtout de faire le point des opérations de maintien et de rétablissement de l’ordre. L’armée est donc déterminée à muscler son dispositif, pour traquer les terroristes.

CAMEROUN-Massacre de Kumba: Au-delà du deuil national, le Redhac demande le cessez-le-feu

A Kumba, dans la Meme, deuxième étape de la mission de sécurité, les populations sortent peu à peu de la torpeur et de la peur. La terreur et la tristesse que les sécessionnistes ont voulu semer semblent éjectées par les attentions soutenues des forces de défense et de sécurité. Le Mindef va d’ailleurs le marteler au cours de la réunion de concertation avec les autorités militaires, administratives et les familles des victimes tenue à la préfecture de Kumba.

Joseph Beti Assomo a déclaré que tout est mis en œuvre par l’armée, à la suite des instructions fermes du chef de l’État, « pour rechercher ces coupables, démanteler leurs bases installées dans les forêts et écarter toute autre possibilité d’attaque ». D’ailleurs, comme l’a confié le Mindef, « sur les neuf bandits recherchés, trois ont déjà trouvé la réponse à leurs actions ».

Crimes contre des journalistes: la mort de Samuel Wazizi au Cameroun, une affaire emblématique :: CAMEROON

Le déploiement vigoureux des fins limiers de l’armée va s’intensifier, de même que la neutralisation des terroristes. Car, les pouvoirs publics, comme l’a réitéré le ministre délégué Joseph Beti Assomo, ne laisseront jamais les populations encore moins les enfants dans les griffes des sécessionnistes. De plus, l’embellie notée en tout début de la rentrée scolaire dans les lycées et collèges du Sud-Ouest sera restaurée. « Ces bandits veulent détruire la première richesse de notre pays. Ils veulent détruire l’avenir de nos enfants. Cela n’est pas tolérable par la nation ! », a dit Joseph Beti Assomo.

Les familles des victimes présentes à cette rencontre ont reçu, une fois de plus, le message de réconfort et de condoléances de la nation, des forces de défense et de sécurité. Ceci à la suite du deuil national décrété par le chef de l’Etat, des obsèques officielles présidées jeudi dernier par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, du message de condoléances du président de la République et de l’assistance apportée par la première dame, Mme Chantal Biya. Ces gestes d’attention et de sollicitude, dira le maire de Kumba, Gregory Mewanu, touchent, apaisent et réconfortent l’ensemble des populations.

Le flux rss de camer.be

CAMEROUN: Massacre de Kumba: Mandela Center International exige une enquête internationale

Share:

Florelle Sateu

editor