Au moment où la situation de la République Centrafricaine, pays voisin, est l’objet de multiples préoccupations au-delà de la sous-région et contraint les diplomaties à l’échelle sous-régionale, régionale et universelle, à prendre quelques décisions d’importance, avec des implications géopolitiques et géostratégiques conséquentes, il est bon, à la fois pour nos compatriotes ainsi que pour tous les observateurs et analystes intéressés, d’apporter certaines clarifications.

1 – Que ce soit pour la RCA ou pour tout autre pays, voisin ou éloigné, engagé ou nom dans un conflit ou tout simplement plongé dans une crise quelconque, le Cameroun met en exergue une démarche diplomatique strictement encadrée par les résolutions, recommandations et décisions des principales organisations dont il est membre : ONU ; UA ; CEEAC.

2 – La diplomatie camerounaise s’articule, faudrait-il le rappeler, autour des fondements et des principes qui correspondent absolument, uniquement et logiquement à la sauvegarde, à la défense et à la promotion de ses intérêts nationaux, en toute circonstance, dans tous les sens du terme et dans toute la plénitude de potentialité.

3 – S’agissant particulièrement de la RCA, pays voisin, le Cameroun entretien des rapports de bon voisinage, d’hospitalité, d’assistance, de facilitation de transit des marchandises, et de non-ingérence.

4 – Dans le cadre des opérations de stabilisation, de maintien de la paix, d’interposition et d’assistance pour la réorganisation de l’administration publique centrafricaine, le Cameroun contribue depuis une quinzaine d’années, avec efficacité, régularité et professionnalisme, aux différents programmes à cet effet. Cet apport qualifié se fait sous les auspices de l’ONU, et en application des résolutions du Conseil de sécurité.

5 – Le Cameroun dispose donc présentement, de contingents substantiels sur le sol centrafricain, et par ailleurs accueille des milliers de réfugiés et déplacés centrafricains sur son territoire, notamment dans des camps concentrés dans la région de l’Est, sous la supervision directe ou indirecte du Haut-Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR), ainsi que de certaines organisations non gouvernementales étrangères.

6 – A ce jour, le Cameroun n’est en rien mêlé ou concerné, par les accusations d’ingérence portées contre certains pays, et s’en tient au respect scrupuleux du cadre décisionnel défini par le Conseil de sécurité de l’ONU. Cette posture lui vaut logiquement la reconnaissance et les remerciements du Gouvernement légal et constitutionnel du Président Ange Faustin Touadera, de même que l’admiration et les félicitations de l’ensemble des acteurs diplomatiques bilatéraux et multilatéraux.

En tout état de cause, le MPDR se félicite de la position de notre pays, et loue la sagesse du Chef de nos institutions, Chef de la diplomatie et artisan de l’expression de notre identité internationale./.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar