Au regard du nombre de cas confirmés de coronavirus au Cameroun, les enseignants exigent que certaines conditions soient remplies avant réouverture des écoles le 1er juin 2020. Une correspondance a été adressée du premier ministre Joseph DION NGUTE.

A moins d’une semaine de la reprise des cours telle que décidée par le gouvernement, des incertitudes planent encore. Le 1er juin 2020 alors, les élèves en classe d’examen sont appelés à reprendre la route de l’école. Cependant, les enseignants s’indignent du fait que « Cette décision a été adoptée de façon unilatérale, sans consultation des autres parties prenantes de l’éducation. Même pour sa mise en œuvre, les partenaires de la communauté éducative que sont les enseignants et les parents, bien organisés, structurés et parfaitement connus des pouvoirs publics ne sont toujours pas impliqués », peut-on lire dans cette correspondance signée par Roger KAFFO FOKOU, le porte-parole dudit syndicat.  

Le syndicat des enseignants redoute la propagation du coronavirus, qui franchit déjà la barre de 5000 cas confirmés et 170 décès. Afin que la reprise des cours ne soit pas « un échec et un danger », le syndicat propose :

1) d’organiser les examens sur la base de la couverture à jour des programmes scolaires ;

2) d’échelonner au besoin la reprise des classes en commençant dans le secondaire par les terminales pour éviter l’engorgement des campus ;

3) d’assurer la disponibilité gratuite des masques et gels hydro-alcooliques pour tous les élèves et enseignants sur tous les campus scolaires ;

4) de limiter le nombre des élèves à 24/classe au maximum ;

5) d’assurer la désinfection quotidienne et méticuleuse des campus scolaires ;

6) de prévoir des primes spéciales pour les enseignants pour la surcharge de travail et le risque imposés par le nouveau contexte ;

7) de mettre à la disposition des établissements scolaires du secondaire le reliquat des frais exigibles non débloqués à ce jour ;

8) d’équiper sur les fonds de lutte contre la Covid-19 tous les centres d’examens pour leur permettre de répondre à toutes les urgences sanitaires qui pourraient survenir au cours du déroulement des examens de la session 2020.

Le porte-parole du Syndicat des enseignants du Cameroun rappelle que : « La santé des enseignants, de millions d’élèves, ainsi d’ailleurs que de leurs parents nous semble sans prix. Les Syndicats mobiliseront les enseignants en cas de nécessité à se défendre si des dispositions claires ne sont prises pour assurer leur retour protégé sur les campus scolaire ».

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *