Tout comme 17 membres d’un comité de vigilance seraient portés disparus selon le rapport de l’audience faite par les avocats des victimes. Ces derniers exigent par ailleurs la présence du ministère de la Défense dans ce procès.

Me Richard Tamfu coordonnateur  du collectif d’avocats des familles des victimes, rend compte du déroulement du premier procès des personnes accusées d’avoir perpétrées des massacres à Ngarbuh dans le Nord-Ouest en février dernier. Le procès s’est ouvert le 17 décembre 2020 devant le Tribunal Militaire de Yaoundé. Me Richard Tamfu  rapporte sur Equinoxe télévision que : «Après avoir participé à l’information judiciaire, j’ai été très surpris de constater qu’il n’y avait que trois militaires dans le box des accusés. Le quatrième militaire et le groupe de 17 membres d’un comité de vigilance étaient absents».

Sur les raisons de l’absence des autres accusés, l’avocat ajoute que  « nous avons demandé au tribunal pourquoi ces gens ne comparaissent pas. Le ministère public a répondu que le quatrième militaire est en fuite et qu’ils sont dans l’incapacité de pouvoir identifier les 17 membres du comité de vigilance. Vraiment, ça été une très grande surprise pour moi»,

Pour Me Tamfu le ministère de la Défense devrait aussi comparaitre dans cette affaire du massacre qui avait causé de nombreux morts.  «Le ministère de la Défense est civilement responsable. Donc, c’est tout à fait normal que s’il y a des réparations dans ce dossier, il faut que le ministère de la Défense qui est l’administration qui a recruté ces soldats soit présent», plaide Me Tamfu.

La cause a été renvoyée au 21 janvier 2021 pour la communication de la liste des témoins des différentes parties et la comparution des accusés.

Cet article Cameroun – Procès du massacre de Ngarbuh: Un militaire aurait pris la fuite est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar