Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Deux jeunes garçons ont perdu la vie dans la nuit de dimanche à lundi 31 Mai 2021 dans la localité de kombou, département des Bamboutos région de l’Ouest Cameroun

Deux morts et trois blessés. C’est le bilan d’une nouvelle incursion des hommes armés, soupçonnés d’être des séparatistes, dans le département des Bamboutos (Ouest), frontalier de la région du Nord-Ouest. L’information a été rendue publique le 1 juin 2021 par le Journal « LE JOUR ». En effet, Khan Desmond, 25 ans, et son cousin Tening Clovis Khan âgé de 23 ans, ont trouvé la mort au snack-bar de M. Tiekeu Ngaham, un commerçant de 43 ans résidant à Kombou, localité du département des Bamboutos dans la région de l’Ouest, frontalière au Nord-Ouest en crise. « L’on rapporte qu’à leur arrivée, ils ont éteint les lumières du bar et ont commencé à tirer sur les clients, à qui ils ont par la suite arraché de l’argent autant que divers objets, comme les téléphones portables », relate le journal.

Les victimes ont été internés séparément au centre de santé intégré de Kombou, et à l’hôpital de district de Mbouda. Les assaillants ont eu le temps de s’enfuir avant l’arrivée des éléments de la Brigade de gendarmerie de Babadjou et ceux du poste du Groupement polyvalent d’intervention (GPIGN) de Balepo.

D’après Le Jour, il s’agirait d’un règlement de comptes entre rebelles. « Les deux personnes criblées de balles sont présentées comme des «indics», des «traîtres» à la cause anglophone » peut-on lire.

L’on se souvient qu’en Mars 2021, cinq membres des forces de sécurité et quatre civils ont été tués dans la localité de Galim (Bamboutos), à quelques encablures de la frontière qui sépare les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest.

En janvier de la même année, ce sont 3 gendarmes, 1 policier et 2 civils qui ont été tués dans l’attaque d’un poste de contrôle à Matazem, une petite bourgade de la région de l’Ouest, située à quelques encablures de Bamenda, capitale régionale du Nord-Ouest. Toutes ces attaques ont été attribuées aux miliciens séparatistes qui sévissent dans les régions anglophones du Cameroun.

Share: