Suite aux accusations ”mensongères” de Paul ATANGA NJI à l’endroit de certains ONG et médias de la nation, le critique homme politique Wilfried EKANGA sort de sa réserve. Avec des mots accrus et des expressions excitateurs, l’activiste répond au Ministre de l’Administration Territorial.

Le dernier point de presse donné par Paul ATANGA NJI n’a laissé personne indifférent. Face à la presse le 9 Mars 2020, le Ministre de l’Administration Territorial a accusé certains médias et ONG d’avoir perçu une somme de 5 milliards de FCFA pour déstabiliser le Cameroun. Une information qui a suscité plusieurs tentions et des répliques plus ou moins provocatrices. Dans une publication postée sur sa page Facebook le 10 mars 2020, Wilfried EKANGA militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), indique que Paul Atanga Nji est le ministre de la menace et du banditisme politique. Il souligne que son mode de gouvernance n’est basée que sur l‘intimidation et la violence policière. 

Voici la répose épistolaire de l’Analyste politique Wilfried EKANGA

PAUL ATANGA NJI

Ministre de la Menace et du Banditisme Politique

Si vous confiez la garde de votre enfant à un pédophile, vous allez le retrouver avec le rectum perforé ; si vous prêtez votre voiture la nuit à un ivrogne, vous la retrouverez encastrée dans un arbre le lendemain ; de même, si vous poussez l’hérésie jusqu’à nommer ministre un ancien faussaire et ex Bandit des Grands Chemins trois fois repris de justice, vous obtenez une république ensauvagée, où l’intimidation et le recours à la violence policière sont des modèles de gouvernance.

C’est dans ce marécage démodé que le sieur Atanga Nji Paul, prisonnier émérite et habitué aux techniques animales du milieu carcéral, entraîne chaque jour un peu plus le Cameroun. Car dans sa grande « sagesse », Paul Biya, le meilleur de tous les PPP (Président sous Pression Paternaliste ), a cru bon de mettre un homme-pitbull à la tête d’un ministère aussi important que l’administration territoriale. Et de fait, le pitbull s’est cru (à tort) dans une cage de brebis où il pouvait mordre impunément qui il veut.

Car il ne possède aucune éthique, aucun savoir-vivre, aucune éducation humaniste, et aucun sens de la mesure. Uniquement animé par le désir bestial de plaire à celui qui l’a sorti de l’escroquerie de quartier pour l’escroquerie ministérielle.

LE GANG DE MALFRATS

Et c’est dans cette optique que, en réaction au rapport de Human Rights Watch du 25 février dernier qui faisait état des massacres du 14/02 à Ngarbuh dans le NOSO, il s’est fendu d’un communiqué indexant nommément certains médias ( parmi lesquels le groupe Equinoxe) et les traitant de « Radios Mille Collines ». Entre autres motifs : la brillante démonstration en direct d’Equinoxe TV sur l’authenticité du texte de Human Rights Watch, qu’un certain Mathias Eric Owona Nguini ( le clerc de service ) tentait de décrédibiliser à coups de vocabulaire vide et de néologismes inutiles – comme à l’accoutumée.

Notre super-ministre menace donc explicitement ces médias et ONG qui selon lui, « sont engagés dans une démarche conspirationniste contre l’Etat du Cameroun et contre les forces de sécurité ». Oui car n’oubliez pas qu’au pays des Crevettes, le patriotisme se mesure au degré d’amour que vous portez à Paul Biya, et ce en dépit de son effroyable incompétence et de sa médiocrité cosmique. Si vous estimez par exemple que 44 milliards c’est beaucoup trop pour seulement 9 kilomètres de route comme sur la pénétrante est de Douala, sachez que vous êtes un ennemi de la Nation.

Même lorsqu’un policier sans âme a tiré par l’arrière sur Gaetan Ngankam, c’est en réalité la France, l’Allemagne, la planète Mars, les Tortues Ninja, Nicky Larson et même Apophis qui voulaient déstabiliser le Cameroun.

L’ami de la Nation, le patriote véritable, c’est celui qu’on appelle « Excellence », même s’il est un brigand de haute facture. Et ce n’est pas un débat.

Dans sa frénésie, Atanga Nji ( alias Joseph Vest ) ajoutera même que les acteurs incriminés « ont reçu des financements occultes de plus de 5 milliards de francs CFA à l’intérieur et à l’extérieur du Cameroun pour déstabiliser les institutions ». Et c’est à ce moment-là que vous réalisez que le pitbull aurait dû rester enchaîné dans sa cage, pour éviter d’embêter inutilement les voisins. Ne demandez pas s’il a des preuves de ce qu’il affirme (pas plus qu’il n’a les preuves discréditant le rapport de HRW). Comprenez juste que c’est ce qui arrive quand vous donnez le pouvoir à un surexcité qui pense que le Kongossa c’est de la politique.

N’est-ce pas le même individu faux et cynique qui a dit il y a un mois que le NOSO a connu un « vote massif » avant que son propre Conseil Constitutionnel ne le ridiculise en annulant les résultats dans 11 circonscriptions ? N’est-ce pas lui qui, accompagné de son jumeau Emmanuel Sadi ( les frères Dalton ), avait affirmé le 26 janvier 2019 avoir « porté plainte contre X »? N’est-ce pas le même personnage qui nous a emmené 7 voyous souffrant de malnutrition présentés comme membres de Transparency International ? Vous faites comment pour accorder une seconde de crédit à un menteur récidiviste, au passif de bandit ? Je ne comprends pas.

WAMAKOUL AU VILLAGE DE SI JE SAVAIS

Dans ce pays devenu fou, c’est toujours amusant de voir comment certains arrivent sans rire à se croire plus Camerounais que d’autres. Ces gens dont on a javellisé le cerveau pour qu’ils ne pensent plus de manière rationnelle : ce sont les partisans du « Rentrez chez vous » ; ceux qui vous disent « Tente encore de venir ici au Cameroun »; ceux qui, parce qu’ils aiment Paul Biya et sa cohorte de Malfrats en cravate, se disent qu’ils aiment le Cameroun, car dans leurs petits esprits, Paul Biya et sa cohorte sont le Cameroun ; ceux qui, parce qu’ils sont ministres, pensent que la loi ne s’applique pas à eux et s’auto proclament « républicains » malgré leurs diableries quotidiennes

Ce sont eux, les vrais terroristes. Ne vous y trompez pas. Ils ont totalement disloqué le pays : anglophones contre francophones ( et Ambazoniens contre les deux ); Beti contre Bamileke,  diaspora contre locaux , peuple contre son armée, etc … Ces sinistres ministres ont sinistré la République, en faisant reculer les libertés par un musèlement barbare et par un climat de terreur et de violence, puis en fermant les yeux sur des hémorragies profondes telles que les 3000 milliards de la CAN évaporés. Et pourtant …

Et pourtant, ils réussissent encore l’exploit de se voir comme les bons, incapables de voir la catastrophe de leur vacuité, comme des zombies mal mordus. C’est à se demander si le Lofombo a des vertus hypnotiques.

Quand les Atangana (Manda), les Beyala (Calixthe), les Owona (Nguini), les Essomba (Dieudonné) et les Obama (Ernest) se retrouvent sur un même plateau de Vision Tribale 4 ( la chaîne la plus perverse de l’hémisphère sud ), c’est pour promouvoir le vivre ensemble ? Quand ce même Obama (l’oiseau qui vaut bien son nom) affirmait en janvier 2019, à la suite d’une étude scientifique certainement menée chez son couturier, que les blessures de Michèle Ndoki et de Célestin Djamen étaient des tatouages, où se trouvait Joseph Vest pour jouer le pitbull républicain?

Quand allez-vous enfin comprendre que plus jamais personne ne nous forcera à aimer votre Paul Biya ? Personne ne nous obligera à dire « Ayop » devant la méchanceté, le banditisme et la sorcellerie. C’est une époque révolue ! Vous avez tellement abusé de la répression policière que vous êtes entrain de produire l’effet inverse, puisque la peur disparaît des ventres et qu’au contraire vous radicalisez plus de monde chaque jour par vos élans insensés. Votre fin sera un Inferno total . Vous avez raison de vous agiter.

C’est le poisson sorti de l’eau qui frétille parce qu’il refuse d’admettre que c’en est bientôt fini de lui. Mais quoiqu’il fasse, il ne retournera plus jamais en mer : c’est la marée basse.

EN SOMME :

Toujours selon Joseph Vest, « en matière de droit, le voleur et le receleur sont tous condamnables ». C’est ce qu’on appelle PLAIDER COUPABLE. Vous comprenez donc que le fait même qu’il soit toujours en liberté après l’affaire Transparency (son plus gros braquage récent) est la preuve que nous sommes dans un pays poubelle où le désordre est la seule règle.

Sortez votre nez dans la ville de Yaoundé et vous comprendrez

C’est au nom de ce même désordre que Vest est soudain devenu ministre de la communication. Averell Dalton semble plus mou, alors pour tenter maladroitement de faire encore peur à la mêlée, on repart chercher Joe, moins « civilisé » et plus primitif.

Car au pays de Ponce Pilate, les Lumumba sont en prison et les Barrabas sont aux affaires.

EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED ( « Joe

Share:

11 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.