Cette réaction du critique politique camerounais Wilfried EKANGA, ambitionne attirer l’attention de la femme sur la non utilité de cette journée à elle dédiée. Selon lui, le 8 mars est un jour de lamentation, au regard des différentes crises que traverse le Cameroun.

Pleurer, crier et revendiquer, sont selon Wilfried EKANGA, des actions sensées meubler la journée du 8 mars au Cameroun. En effet face à la crise anglophone et de l’oppression dont certaines femmes sont victimes, cette journée ne devrait avoir sa place. Le port du pagne, la parade et toutes les autres activités, sont agrées par des femmes «   idiote, stupide et écervelée ».            

  Lisez intégralement son point de vue   

Je suis, tu pagne, il soulève: LETTRE À LA FOLLE. Que célèbreras-tu, femme idiote ? Femme stupide et écervelée. Toi qui n’a toujours pas compris ce qui se mijote. Dans ce pays de brutes où la femme est opprimée.

Pendant que de vaillantes guerrières font mille démarches. Pour remettre la femme africaine sur la plus haute marche Tout ce qui t’intéresse c’est le pagne venu D’AMSTERDAM Es-tu même au courant de ce qui se passe, Madame ?

Chantal Biya va célébrer le 8 mars C’est la Vierge Marie du Cameroun, pleine de grâces

Elle a créé la fondation qui porte son nom

Même si ça a coûté moins cher que ses hauts talons.

Elle a créé le Centre Mère et Enfant, Même si les nuits à l’Intercontinental prennent plus d’argent Alors de Nanga-Eboko à Mvomeka

Elle fera couler du champagne sur la Sanaga.

C’est normal, vu que pour elle tout va bien

C’est une jeune femme aisée qui ne manque de rien. Elle est la belle de la république bananière

Catapultée au Palais dans une montgolfière.

Mais toi, que célébreras-tu, femme inconsciente ? Quand le monde traite tes semblables de manière violente Es-tu la deuxième femme que Paul Biya nous cache ?

Le 8 mars est un jour de deuil, il faut que tu le saches

A t-on retrouvé le bébé de Vanessa Tchatchou ?

Ou bien doit-on comprendre que tu t’en fous ?

Et quand on a fait perdre le sien à Astou Chou.

Tu étais entrain de penser au 8 mars des bijoux ?

Quand on tirait lâchement sur Michelle Ndoki

Je suppose que tu ricanais aussi

Tu pensais qu’elle se bat pour elle, pour se faire voir Alors que sa souffrance devrait te servir de miroir

Quand l’armée fusillait deux femmes portant leurs bébés Et que Fortune à 10 ans se faisait violer et assassiner Quand le corps médical laissait mourir Monique Koumaté Toi tu pensais à te faire belle pour « ta » fameuse journée.

Ce soir à Buea, la seule musique seront des bruits de tirs au loin. Les femmes là-bas t’invitent et t’accueilleront avec soin

Si tu estimes que tout va bien au Cameroun, vas-y donc. N’aie pas peur de franchir le Mungo, notre Rubicon

Eh non, aujourd’hui n’est pas un jour de fête

Surtout pas quand les femmes prennent une balle en pleine tête. Si tu veux faire comme Mme Nganou qui vit dans l’abondance

Alors c’est que tu aimes réellement la souffrance

Mais que veux-tu célébrer au juste, femme sans agenda ? Une vraie femme célèbre la femme tous les jours du mois

Et profite de cette journée pour faire le point sur ses combats. Imagine où l’on serait si elles faisaient toutes comme toi ?

Bon je te laisse, il est temps d’aller « soulever »

Qui suis-je donc pour t’en empêcher ?

Si tu veux tu peux me haïr et me maudire

J’ai déjà dit ce que j’avais à te dire

Claude Wilfried Ekanga Ekanga

( Une bouteille à la mer )

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.