Cette Réaction de la militante des droits de l’homme Me Alice NKOM, intervient quelques jours après le discours du président de la République à la jeunesse le 10 Février 2020.

Me Alice NKOM avocat au barreau du Cameroun s’insurge contre le discours donné par le Président Paul BIYA à la veille de la fête de la jeunesse. Le 10 Février 2020 dans son allocution aux jeunes, le chef de l’Etat a affirmé que « Aujourd’hui, les Camerounaises et les Camerounais, dans leur grande majorité, peuvent manger à leur faim, se faire soigner, aller à l’école, au collège, au lycée, à l’université ». 

Votre enfant vous voit mentir ?

Des propos qui ont mis l’avocate dans un désarroi comme nul autre pareil. Pour cela, elle invite le peuple camerounais à ne plus croire au président Paul BIYA. Selon elle, il raconte des balivernes car c’est le peuple camerounais qui a faim pendant que le chef de l’Etat prend du plaisir « C’est moi qui ai faim et c’est le Président qui se rassasie et qui le dit. Est-ce que vous voyez ça ? Qu’est-ce qu’on apprend à nos enfants ? Quand votre enfant vous voit mentir comme ça en plein média, en mondovision vous voulez que cet enfant apprenne quoi demain ? Quand vous refusez une vérité qui est éclatante. Vous me dites de déclarer officiellement que je mange à ma faim, que je me soigne normalement chez moi… » Commente celle-ci.

Des jeunes sont à la merci du chômage

La réaction de me Alice NKOM intervient dans un contexte où plusieurs camerounais s’indignent des détournements répétés dernies public par certains membres du gouvernement. Dans un contexte où les jeunes diplômés sont à la merci du chômage et de la débrouillardise. Selon les sources, plus de 50 % de la société active opère dans le secteur informel pour avoir son pain quotidien. Pourtant le président continu à promettre que « Des jeunes ayant reçu une bonne éducation et une bonne formation auront naturellement les meilleures chances de se comporter en citoyens responsables et d’accéder à l’emploi », avait affirmé le chef de l’Etat le 10 Février.

Mépris pour ceux qui souffrent

Selon elle, il est impossible de comprendre un tel niveau d’aveuglement par le pouvoir d’irrespect et de mépris pour ceux qui souffrent de la façon dont Biya gère le Cameroun. « Je ne comprends pas ça! Ça me dépasse! « Alors que tout le monde sait que c‘est le contraire. Mais de quoi vous avez l’air lorsque vous rentrez à la maison le soir ? Vous regardez vos enfants comment ? », s’interroge-t-elle.

La crise anglophone empêche tout

A l’heure actuelle, l’évolution depuis 3 ans de crise anglophone a un impact significatif dans sur tous les secteurs. Plus de 600 000 personnes ont fui les régions du Nord-Ouest et Du Sud-Ouest, pour se réfugier dans les autres régions du pays. C’est la promiscuité qui sévit dans plusieurs ménages. Cette situation « empêche tout, bloque tout… parce que qu’on le veuille ou non, nous faisons partie d’un même corps et quand le doigt à mal, moi je souffre ». Par conséquent, elle demande au peuple souverain d’exercer son devoir en retirant sa confiance à Paul Biya.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *