Arrondissement d’Obala, département de la Lekié, région du Centre Cameroun. La ville est passée à côté d’un drame, le 26 novembre 2020.

Enseignant de CM1 au groupe scolaire les Bambis d’Obala, le sieur Nyebe Nkoulou, a failli donné la mort à son élève, une petite fille de 10 ans.

Les témoins racontent que cet enseignant d’un autre genre, avait déjà pris goût à administrer des sévices corporels graves, à la petite écolière.

Aussi rapporte-on à Camer.be que le maître, à une occasion, a fouetté l’écolière au point où un morceau de fouet était entré dans son oreille, et obligé l’enfant à séjourner à l’hôpital protestant de Djoungolo à Yaoundé, où une intervention chirurgicale avait été faite, à cause des problèmes d’audition survenus à la suite des sévices corporels.

Et contre toute attente, nous apprend-on, c’est le directeur du groupe scolaire les Bambis d’Obala, Onana Awouda Jean Bosco qui, prend alors la relève de son collaborateur, et inflige une bastonnade à la petite fille, avant de la renvoyer à la maison. Le service d’arrondissement des Affaires sociales intervient, et oblige le directeur à s’excuser pour son acte immoral.

Mais l’enfant qui serait persécutée pour son appartenance présumée à une bonne famille ( nos enquêtes révèlent que la scolarité de la victime, ainsi que tous ses besoins, sont pris en charge par un homme d’affaires généreux, et qui a juste pris l’engagement de soutenir financièrement ses études et autres nécessités), n’est pas au bout de ses peines.

Le 26 novembre 2020, Monsieur Nyebe Nkoulou son maître, est là. Il reprend ses sévices corporels sur l’écolière, et pour mieux assouvir sa haine bestiale envers la fillette, l’entraîne dans une salle voisine vide, et se met à la fouetter avec vigueur. Les cris de la fillette déchirent le ciel du groupe scolaire les Bambis d’Obala, dans l’indifférence générale et du directeur, et de la fondatrice, Madame Ongolo. Nos sources affirment que les deux responsables sont pourtant présents à l’école, et entendent les cris de l’enfant, mais n’interviennent pas. Le maître fouette la fillette qui crie comme un porc, et ses petits camarades sont surpris de l’indifférence des autorités de l’établissement : la fondatrice et le directeur.

L’affaire est portée à la famille de l’enfant, laquelle saisit la gendarmerie d’Obala. Les gendarmes interpellent le maître et le cuisinent. Les résultats des enquêtes des gendarmes sont implacables : Monsieur Nyebe Nkoulou le maître du CM1, a effectivement infligé des sévices corporels graves à son élève. Le procès-verbal de la gendarmerie est remis au tribunal de première instance de Monatelé, compétent pour connaître de l’affaire. L’enseignant est placé en détention préventive à la prison de Monatelé, en attendant l’ouverture du procès. Plus loin, nous apprenons que la famille qui n’aurait pas écarté dans un premier temps la médiation de certaines instances de la ville pour un règlement amiable de l’affaire, aurait été très choquée par l’arrogance et l’absence de regrets du maître qui, aurait alors refusé de commettre une lettre d’excuse.

De toute façon, Monsieur Nyebe Nkoulou médite son sort à la prison principale de Monatelé, et bien d’observateurs demandent au procureur de la République, de procéder aussi à l’interpellation de la fondatrice, et du directeur du groupe scolaire les Bambis d’Obala.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar