Pour les sécessionnistes, la rentrée scolaire en zone anglophone n’aura lieu que si leurs conditions   sont validées.

C’est dans une note publiée depuis le 25sept.-20 sur les réseaux sociaux que les Ambazoniens ont fixé au gouvernement des mesures à observer s’il faut que les classes reprennent normalement en zone anglophone le 05 Octobre prochain.  Ces conditions sont entre autres :

        Le changement des « Ecoles publiques en « Ecoles communautaires »

Les séparatistes dans leur note ont fait comprendre qu’ils se soucient de l’éducation de leurs enfants mais que la reprise des classes ne pourra être effective que si les écoles publiques changent de nom « aucune école publique ne rouvrirait à moins qu’elle ne se change en « École communautaire. » Ils mettent d’ailleurs en garde tout parent qui osera envoyer son enfant dans une école publique d’assumer les conséquences qui en découleront.

            L’interdiction de l’enseignement du Cameroun français et de l’histoire du Cameroun

C’est aussi une mesure formelle qui devra être observée à la lettre car disent-ils « l’enseignement de la langue maternelle doit être encouragé et donc pas « d’enseignement du français encore moins de l’histoire du Cameroun ». Dans le même ordre il est strictement interdit d’exécuter l’hymne national camerounais dans les établissements scolaires.

            En effet n’ayant encore reçu aucune réponse du gouvernement qui n’est d’ailleurs pas prêt à obtempérer, il est fort probable que la rentrée scolaire dans ces zones anglophones soit de nouveau boycottée.  D’ailleurs le Secrétaire Général du GAT (General Teacher Association) au micro de camer be n’a pas manqué de le souligner « Comme ces dernières années, la rentrée scolaire prévue le 5 octobre prochain, risque d’être fortement agitée dans les régions du Sud-ouest et du Nord-Ouest (NoSo) »

Nous souhaitons que cette situation s’améliore et que tous les camerounais soient scolarisés.

Par: Francine FOE (Stagiaire)

Share:

Avatar

editor