Le Manidem a appris la décision d’une instance arbitrale française contre le retour dans le portefeuille du Kamerun de la gestion du terminal à conteneurs du Port Autonome de Douala.

Cette décision révolte et provoque les Kamerunaises et Kamerunais soucieux d’abolir l’esclavage économique qui sévit dans notre pays depuis toujours.

Que l’on nous comprenne bien : nous n’avons rien contre personne a priori mais il est hors de question que les biens les plus précieux du Kamerun bénéficient essentiellement à l’étranger au lieu de nous profiter.

Or, il se trouve qu’après un an d’exploitation nationale, le terminal à conteneurs du port de Douala a démontré qu’il est bien plus rentable que la gestion passée a pu le faire croire. La sentence des arbitres de France est donc à jeter à la poubelle.

Aucun tribunal au monde ne peut obliger le Kamerun à se soumettre à une relation léonine. C’EST CELA ETRE INDEPENDANT ! C’EST LE SEUL COMBAT QUI VAILLE.

En octobre 2019, nous disions: « Fondamentalement, la politique capitaliste de profit à tout prix, qui a été imposée à notre Nation par le gouvernement via les privatisations, ne peut pas permettre à un pays aussi pauvre et fragile que le nôtre de donner à chacun des conditions de vie dignes. »

Voilà pourquoi PERSONNE NE DOIT TOLERER LA TENTATIVE DE RETOUR EN FORCE DE BOLLORE et Cie AU PORT DE DOUALA.

Comme toujours, par-delà les clivages partisans, le Manidem appelle la communauté nationale à se mobiliser sur cette question d’intérêt national pour obtenir :

1- que le gouvernement fasse le point, publiquement, sur toutes les privatisations en commençant par celle du terminal convoité par Bolloré ;

2- qu’une discussion publique soit ouverte pour que les meilleures idées de reprise, restructuration et relance de toutes nos entreprises stratégiques privatisées (électricité, transport, etc.) soient sélectionnées et appliquées.

Tout Kamerunais doit aujourd’hui plus qu’hier s’engager pour que nous changions de cap. A chacun de se prononcer clairement pour ou contre les intérêts du Kamerun !

Le Manidem dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit.

Douala, le 18 novembre 2020

Pour le Bureau Politique

Le président
Anicet Ekane

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar