Deux femmes restent introuvables depuis le renversement d’une pirogue le 10 novembre dernier sur le fleuve Nyong dans la localité de Makak, département du Nyong-et-Kelle, région du Centre. A en croire les populations riveraines, des passagers cherchaient à rejoindre l’autre bord de la rive de ce fleuve au lieu-dit «Malombo », à l’aide d’une pirogue artisanale, car c’est le seul moyen de transport qui puisse servir à cet effet, pour le moment.

« Situation due au fait que le bac qui servait jadis à la traversée, est non opérationnel depuis les lustres. Le marché public de réhabilitation qui a été passé n’a à ce jour malheureusement pas été livré malgré les multiples relances et complaintes des populations riveraines », fait savoir le député Pcrn, Cabral Libii, dans un communiqué signé le jour du naufrage. Et de poursuivre :

« la situation est d’autant plus grave que l’épave du bac a été abandonnée en flottaison en plein milieu du fleuve, au lieu de traversée. C’est ainsi que les piroguiers doivent faire preuve, notamment en période de crue, d’une extraordinaire agilité pour contourner cette mécanique qui vogue au gré des courants ».

Hélas, cette pirogue artisanale s’est violemment heurtée contre l’épave et tous les passagers se sont retrouvés hors de ce dernier. « Il y avait trois passagers. Un homme et deux femmes. L’homme s’est agrippé sur la carcasse du bac en flottaison.

Les deux femmes n’ont pas pu le faire et ont été emportées par le courant d’eau. L’homme a été sauvé quelques minutes plus tard par une équipe dépêchée sur place par la mairie. La pirogue était la seule qui desservait Makak d’Eseka » apprendon de notre informateur sur place.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar