Dans quelques jours, sera donné le coup d’envoi du CHAN TOTAL 2020. En ce moment précis, peut-on dire que le Cameroun est en règle vis-à-vis du cahier de charges de la CAF ?

Je vous remercie pour l’intérêt que votre journal accorde aux activités du COCAN 20-21. Je voudrais préciser d’entrée de jeu que le CHAN tout comme la CAN sont la propriété exclusive de la Confédération Africaine de Football qui en détermine les conditions d’organisation à travers les dispositions du Cahier de Charges. En amont de la tenue d’un évènement sportif dans un pays, la CAF apprécie de manière régulière, à travers des visites d’inspection, si les dispositions du Cahier de charges sont respectées. Pour le cas précis du CHAN 2020 qui se déroule, je le rappelle du 16 janvier au 7 février 2021 sur les sites de Yaoundé-Mfandena, Douala-Japoma, Douala-Bepanda et Limbe-Buea, des missions d’inspection se sont déroulées dans notre pays et sur tous les sites. Au cours de ces différentes descentes, la CAF a procédé à la revue de tous les aspects liés à l’organisation de cet événement. Par ailleurs, le COCAN 20-21 et la CAF ont tenu par visioconférence, des séances de travail au cours desquelles les deux parties ont eu des échanges conviviaux visant à finaliser tous les aspects liés à la tenue de ce prestigieux événement sportif. Il s’est dégagé aussi bien lors des visites d’inspection qu’à l’occasion des visioconférences, une convergence de vues et une volonté commune de faire du prochain CHAN, une grande réussite. Les inspecteurs et les responsables de la CAF ont exprimé leur satisfaction par rapport aux efforts du Cameroun dans la préparation du CHAN, dans un contexte particulièrement difficile marqué par la pandémie planétaire du Covid 19. Je saisis d’ailleurs l’opportunité que vous m’offrez pour remercier les responsables de la Confédération Africaine de Football pour l’accompagnement dont notre pays ne cesse de bénéficier dans les préparatifs du CHAN 2020 et même de la CAN 2021, ce qui dénote des bonnes relations entre le Cameroun et cette institution faitière du football africain.

Qu’est ce qui a été fait au niveau des pouvoirs publics pour que le pays soit à jour au moment où le coup d’envoi est donné ?

L’organisation d’une compétition à l’instar du CHAN comporte trois principaux volets, à savoir les infrastructures, l’événementiel et la préparation sportive. En ce qui concerne les infrastructures notamment sportives qui relèvent de la compétence du Ministère des Sports et de l’Éducation Physique, le Cameroun dispose à ce jour de 8 stades de compétition et de 27 terrains d’entrainement. Cela voudrait dire que le Cameroun est en surcapacité par rapport à ce qui est prévu par le cahier de charges, même pour la CAN que le Cameroun accueille en 2022. Aujourd’hui, notre pays se présente comme l’un des pays les plus lotis en matière d’infrastructures sportives modernes et futuristes en Afrique. Le programme de construction et de réhabilitation des infrastructures sportives marque la très haute volonté du Président de la République, de doter la jeunesse sportive d’infrastructures à la hauteur de leurs prestigieuses prestations sportives, mais également de marquer l’histoire à travers l’organisation de belles fêtes sportives dans le cadre du CHAN et de la CAN.

Par ailleurs, les autres infrastructures, à savoir hôtelières, routières, aéroportuaires , hospitalières , de communication et de télécommunications constituent des préoccupations permanentes des pouvoirs publics. Au-delà des différentes infrastructures, le volet événementiel qui incombe au COCAN 20- 21 à travers ses différents démembrements que sont les Commissions centrales, la Direction du Tournoi et les comités de sites focalise les efforts des différentes parties prenantes, l’objectif étant d’assurer la mise en œuvre de toutes les dispositions contenues dans le cahier de charges de la CAF. Enfin, la préparation sportive en cours devrait permettre à notre équipe nationale de réaliser des performances honorables au cours de cette compétition. Comme vous le voyez si bien, l’organisation au Cameroun des compétitions de la CAF en 2021 et 2022 mobilise l’ensemble des structures gouvernementales et leurs partenaires, sous la très haute impulsion du Président de la République et la coordination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Président du COMIP-CAN.

En quelques chiffres, qu’est-ce que cette compétition représente en termes de coûts pour le trésor public camerounais ?

C’est une épreuve difficile pour ma modeste personne en l’état actuel des choses, car les activités liées à l’organisation du CHAN et de la CAN sont multisectorielles. Il faut bien le rappeler, l’organisation d’un événement à l’instar du CHAN ou de la CAN n’est pas du seul ressort du Ministère des Sports et de l’Éducation Physique. Plusieurs départements ministériels et structures, chacun dans son domaine de compétence, mènent des actions qui visent à répondre de manière pratique aux dispositions du cahier de charges de la CAF. Ce qui est évident est que les moyens déployés par l’État à cet effet sont colossaux, à la hauteur de la très haute vision du Président Paul BIYA dont la décision de doter la jeunesse sportive de belles et magnifiques infrastructures est une reconnaissance affirmée des prouesses réalisées par les athlètes camerounais toutes disciplines confondues. Des infrastructures qui feront désormais de notre pays, le centre de gravité de la tenue des événements sportifs d’envergure

Quel est le niveau d’implication du secteur privé dans l’accueil de cet événement ?

Le secteur privé est bien impliqué dans les préparatifs de du CHAN et de la CAN. Que ce soit au niveau de la construction ou la réhabilitation des infrastructures sportives, hôtelières, hospitalières, aéroportuaires, de communication et de télécommunications, les entreprises nationales ont été présentes sur plusieurs chantiers. Il en est de même en ce qui concerne le volet événementiel. Je voudrais d’ailleurs remercier les entreprises nationales et internationales qui ont participé à cette gigantesque œuvre qui a permis à notre pays de se doter de belles infrastructures dans plusieurs domaines.

La crise sanitaire actuelle a amené la CAF à réduire le nombre de supporters dans les stades ; comment est-ce que le Comité Local d’Organisation du CHAN gère-t-il cette contrainte ?

La contrainte Covid 19 est une donnée fondamentale à prendre en compte dans l’organisation du CHAN Total Cameroun2020. Il faut bien le rappeler, depuis l’avènement de cette pandémie planétaire, c’est pour la première fois qu’un événement sportif sera organisé avec la présence des spectateurs. Il convient d’être précautionneux et prudent. À cet effet, la Confédération Africaine de Football et le Cameroun, en respect du protocole Covid 19 établi par l’instance faitière du football africain et la FIFA, ont convenu des mesures drastiques à prendre pour éviter que cet événement ne soit une occasion de propagation à large spectre de cette pandémie. La première mesure concerne les taux d’occupation des stades lors des matchs qui ont été fixés à 25% pour tous les matchs de groupes, y compris le match d’ouverture et 50% pour les demi-finales et finales. Il a été également mis en place un dispositif spécial de marquage des places assises dans les stades de compétition en fonction de la capacité d’occupation autorisée. Par conséquent, l’entrée aux divers stades de compétition sera exclusivement et restrictivement réservée aux personnes munies d’un billet valide ou d’un titre d’accès officiel. Les billets d’entrée ont été imprimés en tenant compte des taux autorisés et mis en vente depuis le 11 janvier 2021 sur les différents points qui ont été communiqués au public. Comme autre mesure, il a été convenu que toutes les rencontres se joueront à guichets fermés. Bien plus, le strict respect du protocole Covid 19 dans les stades sera impératif. À cet effet, le port obligatoire du masque par tous et la distanciation requise seront rigoureusement exigés. Les Volontaires qui seront présents dans les stades ainsi que la sécuri té à travers notamment les écrans de surveillance disséminés dans les différents stades veilleront à rendre cette mesure effective. Le non-respect des mesures préconisées expose les éventuels contrevenants au risque d’expulsion du stade. Sans être exhaustif, il y a la mesure du testing des différentes délégations et autres invités à partir de nos aéroports, sans oublier les autres gestes à l’instar de l’utilisation des gels hydroalcoolique et le lavage des mains avec de l’eau propre et du savon. Je voudrais en appeler à la compréhension, au civisme, au patriotisme, au sens de la discipline et au respect des consignes de sécurité dans les stades en vue de l’observance rigoureuse des mesures sus-indiquées et bien d’autres. Nous conscient du fait qu e plusieurs Camerounais désireux de se rendre dans les stades ne pourront pas le faire à cause du nombre restreint des billets. Raison pour laquelle le COCAN et la CAF ont mis en plac e d’autres activations pour permettre au public de vivre les spectacles sportifs et culturels, notamment à travers des fans-zones sécurisées sur les différents sites dans lesquelles le respect des mesures de prévention contre le Covid 19 sera également de rigueur. 

La caravane de la mascotte a été un premier test de popularité de cet événement qui célèbre le talent sportif africain. Quelles premières leçons avez-vous tirées en termes de réception de cette compétition auprès de la population camerounaise ?

Partout où elle est passée, à Yaoundé, Douala, Buea et Limbe, la mascotte Tara a reçu en toute sécurité une exceptionnelle ovation et une totale adhésion des populations à ce concept. Ce qui nous permet d’envisager un CHAN chaleureux et convivial, dans le respect des contraintes que nous impose le covid 19 et dans des conditions sécuritaires appropriées.

Pour vous qui avez régulièrement suivi la préparation de notre équipe nationale, quel est votre pronostic pour cette compétition.

Les ambitions de notre pays sont connues, à savoir organiser une belle fête sportive et permettre à notre pays, de réaliser une performance honorable lors de cette compétition. Il est vrai que les résultats obtenus par notre équipe lors des matchs de préparation sont mitigés. Mais les joueurs et leurs encadreurs sont bien conscients des attentes et des espoirs placés en eux pour cette compétition par les Camerounais. Nous pensons fermement que les Lions A’ feront preuve de fighting spirit reconnu aux athlètes camerounais leur adjuvant afin de faire vibrer leurs nombreux fans lors de cette compétition.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar