Les pages Mekit Invest ne sont pas prêtes d’être tournées. Le 28 octobre dernier, les remboursements aux investisseurs ont continué à l’agence de ladite entreprise au quartier Mvan-Tropicana. L’ambiance n’est pas à la fête. Des souscripteurs sont verts de rage. Certains dénoncent le non-remboursement complet de leur investissement. En effet, depuis le 22 octobre, des souscripteurs passent à la caisse pour rentrer en possession de leur dû. Ces paiements se font un jour sur deux et les différents investisseurs sont répartis en fonction de l’agence de souscription. Si quelquesuns ont pu avoir leur investissement, d’autres s’en plaignent.

Denis A. est l’un de ces souscripteurs. « J’ai souscris pour plusieurs packs. Ils m’ont donné ce matin [28 octobre] juste l’investissement d’un pack. Ils ont résilié le contrat concernant ce pack. Par ailleurs, ils m’ont proposé de signer un contrat me liant à une micro finance », explique Denis A. Les autres contrats qui liaient ce souscripteur au projet d’entreprise Mekit Invest peuvent être estimés à des millions de nos francs.

« Ils disent qu’ils désintéressent d’abord les petits investissements. Ceux des souscripteurs ayant investi des montants au-delà de 900 000Fcfa, « il leur est proposé un contrat de micro finance », continue Denis A. A cette plainte s’ajoute celle de Junior B. Ce souscripteur a également investi pour plusieurs packs. Il a été notifié par un short message service (sms) pour rentrer en possession de son argent. Une fois sur les lieux, il perd son sang-froid. Des éclats de voix se font entendre.

Même si ce dernier refuse de se confier aux reporters de Mutations, Il laisse néanmoins glisser quelques mots qui peuvent expliquer son courroux. « Vous ne pouvez pas m’obliger à signer un contrat dont je ne connais ni les tenants, ni les aboutissants », grommèle-t-il. A ses côtés, un souscripteur essaye d’apporter des éclaircies. « Il semblerait qu’il lui a été demandé d’attendre. Mais, on lui aurait proposé de signer un contrat d’ouverture de compte dans une micro finance, dénommée Mekit Invest », confie notre informateur.

Ce dernier continu en expliquant que « l’agence de Bastos serait transformée en micro finance». Ce qui provoque davantage le courroux de ces souscripteurs est l’omerta au niveau de la communication. « Les responsables de Mekit Invest ne nous informent pas des changements en cours. C’est devant la caisse que nous découvrons des changements », rouspète Denis A.

Du côté des responsables de la structure, c’est l’omerta. Les remboursements aux souscripteurs sont arrivés quelques jours après le désaveu dudit projet d’entreprise par la commission de surveillance des marchés financiers (Cosumaf), le 19 octobre dernier. La commission a rendu publique une liste de 14 structures qui exercent sans autorisations. Ce qui avait valu une suspension des activités de trading à ladite structure le 15 octobre dernier par le gouverneur de la région du Centre.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar