Junior Christian Bekono Meyong, récemment lauréat du prix de la pharmacopée traditionnelle contre le Covid-19, a succombé samedi à des brûlures contractées dans son atelier.

Tout semblait pourtant aller bien samedi dernier d’après Hortense Bekono, l’épouse de Junior Christian Bekono Meyong. « C’est hier matin (Ndlr : samedi) qu’il a commencé à s’agiter et il a été transféré en réanimation. Il a rendu l’âme quelque temps après », explique l’épouse du défunt. Victime d’un accident à son domicile sis à Mbalmayo le 15 décembre dernier, le naturopathe de 46 ans, tout récent lauréat du prix de la pharmacopée du Minresi pour la lutte contre le Covid-19 était interné à l’Hôpital Saint Rosaire de cette ville du Nyong-et-So’o.

Il est décédé samedi dernier des suites de graves brûlures. Il avait été atteint sur plusieurs parties de son corps, notamment, le long de son dos, au niveau des bras et des jambes, suite à l’explosion d’une cocotte-minute. Et ce, alors qu’il était en pleine préparation de son médicament contre le Covid-19, une commande de l’Institut de recherches médicales et d’études des plantes médicinales (Impm).

Tout est allé vite d’après Hortense Bekono. « On ne sait réellement pas ce qui s’est passé dans la cuisine où il a l’habitude d’apprêter les médicaments. C’était peut-être dû à une erreur de manipulation de la cocotte-minute. Car, c’est dans ce type de marmites qu’il prépare les remèdes. Toujours est-il que l’ustensile a explosé », confie la dame. Le choc était tellement violent que la vapeur a perforé le plafond de l’habitacle avec son contenu avant de se déverser sur le sol. Craignant le pire, Junior Christian Bekono Meyong s’est empressé pour fermer la bouteille à gaz. « C’est à ce moment qu’il a glissé et est tombé sur le dos, avant de se retourner dans ce liquide bouillant. Je lui ai administré les premiers soins avant de le transporter à l’hôpital », a ajouté l’épouse éplorée. 

C’est avec l’enregistrement des premiers cas de Covid-19 au Cameroun que Junior Christian Bekono Meyong avait déclenché le processus de fabrication de décoction de plantes traditionnelles. Après une phase expérimentale, le  naturopathe installé à Mbalmayo avait mis sur le marché, « Immunibek’s ». Une décoction de plantes traditionnelles (Eucalyptus, Ekouk, Nfol, Bibinga Abing) pouvant être administrée à titre préventif et curatif. Le défunt a reçu le 10 décembre dernier, le premier prix de la pharmacopée du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation pour la lutte contre le Covid-19.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar