Malgré les multiples mises en garde du gouvernement, l’opposant Maurice Kamto maintient  son mot d’ordre de manifestations.

Que va-t-il se passer au Cameroun dans les prochains jours ? Cette question est au centre des conversations depuis la convocation des collèges électoraux en vue du scrutin des régionales le 6 décembre 2020.

L’opposant Maurice Kamto avait en effet menacé d’appeler à des manifestations populaires visant le départ du Président Paul Biya, si les régionales se tenaient avant la fin de la crise anglophone et la réforme consensuelle du système électoral.

Pour le gouvernement, il s’agit d’un appel à l’insurrection. Après Paul Atanga Nji de l’Administration Territoriale, René Emmanuel Sadi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a publié le 15 septembre 2020 un communiqué à travers lequel il prévient que les participants éventuels à ces rassemblements seront interpellés par les forces de maintien de l’ordre et remis à la justice.

Malgré ces mises en garde, le leader du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) persiste et signe. Il a publié un nouveau manifeste le 15 septembre dans lequel il dévoile les directives à respecter dans le cadre des manifestations annoncées.

Il demande notamment à ses partisans de se munir du foulard, du masque et du citron. De même, l’opposant les appelle à manifester dans la discipline et de ne pas céder à la provocation. Et en cas d’interpellation, M. Kamto invite les siens à ne faire aucune déclaration en l’absence d’un avocat.

Voici la déclaration de Maurice Kamto:

Source: CIN

Share: