Le corps de ce combattant sécessionniste avait été paradé dans la ville, a relevé Tapang Ivo Tanku, dans une publication faite en demandant aux parents de garder leurs enfants à la maison

 

Y a-t-il un lien entre l’exposition du cadavre de Ayeke Lestico dit “major general Ayeke” – présenté par l’armée camerounaise à Kumba (Sud-Ouest) le 13 octobre – et l’assassinat d’enfants dans une école privée de Kumba le 24 octobre ? C’est ce que semble établir Tapang Ivo Tanku (photo), dans une publication faite sur l’une des pages Facebook qu’il anime samedi. 

“Le Cameroun prétend contrôler Kumba, car le corps du général de division Ayeke a été exposé au cœur de cette ville. Le Cameroun est responsable de ces décès […]”, a affirmé ce partisan de la sécession des régions anglophones qui mobilise pour “l’Ambazonie” à l’étranger.

We had warned that all schools are not safe to be re-opened, and that parents have the responsibility of tightening the…

Publiée par ABN TV sur Samedi 24 octobre 2020

Ayeke, combattant séparatiste qui s’était établi une notoriété dans le département du Lebialem (région du Sud-Ouest), a été pleuré par de nombreux partisans des sécessionnistes anglophones. Il a été tué au cours d’une opération menée par l’armée autour de Besali, dans l’arrondissement de Wabane, au Lebialem, avant le transport de son cadavre par hélicoptère jusqu’à Kumba.

Le gouvernement a accusé les sécessionnistes qui rêvent d’instaurer un Etat d’“Ambazonie” dans les deux régions anglophones du Cameroun d’être les auteurs de l’attaque barbare qui a pris pour cibles des enfants d’une école privée (Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango) à Kumba le 24 octobre, faisant six morts – d’enfants d’âge compris entre 09 et 12 ans – et 13 blessés graves. 

Ces sécessionnistes, à l’instar d’un de leurs leaders comme Tapang Ivo Tanku, réfutent cette responsabilité.

Cet article Cameroun/Massacre de Kumba: un leader ambazonien établit un lien avec l’exposition du corps du “general Ayeke” est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar