Dans une correspondance, elle affirme que l’homme de média arrêté 18 juin 2020 au siège du Groupe L’Anecdote est un homme humble, serviable et respectueux.

« A mon ami Ernest Obama

Ernest mon ami, je ne sais pas où tu as dormi cette nuit,
Mais, j’ai lu sur les réseaux sociaux qu’ils t’avaient arrêté pour abus de confiance, détournement, haute trahison. Je ne sais pas si j’ai bien compris, mais ils disent que tu complotes pour déstabiliser l’État du Cameroun. Etrangement, toi et moi avons tant de choses en commun.

Tu es plus que mon frère de sang, mais tu avais constaté que j’évitais depuis que tu t’affichais publiquement avec certaines personnes. Je t’ai toujours dit, mon frère Ernest, on n’est pas l’ami d’un rosicrucien sans être sois même rosicrucien. Tu m’as dit que des francs-maçons t’ont approché pour te proposer de les rejoindre.

Je t’ai dit ce que j’en pensais. Dans tous les cas, dans les cercles mystiques et ésotériques, on est toujours obligé de sacrifier un être cher et de grande qualité pour monter en grande et acquérir du pouvoir …

Je ne sais pas dans quelle merde, tu t’es fourré, mais quand j’ai été arrêtée, tu as déclaré que tu assumais l’amie que je suis pour toi. J’étais au début de l’histoire, je sais d’où Amougou Belinga t’a sorti pour te positionner là où tu te trouvais. Tu lui dois reconnaissance et respect toute ta vie.

C’est un humain qui a ses défauts mais aussi beaucoup de qualités. Quand je suis sortie de prison Amougou Belinga m’a fait venir dans son bureau, j’étais avec toi et Francis Bonga, il m’a remis une enveloppe de 5 millions de francs. La générosité de cet homme pour ses frères camerounais n’est plus à démontrer.

Tes nouveaux amis ne savent pas que tu vendais des vêtements à la sauvette au marché central. Toi et moi sommes souvent retournés à ce marché saluer tes anciens compagnons d’infortune. Je peux témoigner que hors camera tu es un homme humble, serviable et respectueux.

Ceux qui se moquent de toi aujourd’hui ignorent que les lumières des plateaux télé éblouissent les yeux. Tu as changé, même hors antenne, mais je crois en ton innocence. Tu ne m’as jamais volé un centime, et tu n’as jamais volé personne jusqu’à ce jour. Je sais que ton courage t’a toujours poussé à t’exposer pour tous ceux qui te prêtent de l’attention.

Tu as toujours recherché l’amour d’une figure paternelle, et je n’ai jamais élucidé les raisons de cette obsession. De là où tu es, sache qu’il existe des personnes comme moi, qui croient en ton potentiel. Tu es une valeur sûre pour l’avenir du Cameroun. Ne te perds pas, je t’en prie. »

Marlene.

Share:

author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *