Les ordonnances de renvoi ces militants du mouvement pour la renaissance du Cameroun ont été prononcés par le tribunal militaire de Bafoussam mardi dernier.

Le calvaire des manifestants lors des marches pacifiques du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) est loin d’être à sa fin. 41 manifestants de ce parti politique ont été déférés en prison après enquête. Ils sont actuellement poursuivis au tribunal militaire de Bafoussam. 30 autres ont été mis en liberté par le juge d’instruction de cette juridiction.

Des 11 déférés en prison, 6 ont bénéficié de la levée de mandat de détention provisoire. Une cinquantaine de militants ont été déférés devant le commissaire du gouvernement du tribunal militaire de Bafoussam. Pour l’heure, cinq des manifestants restent en prison. Après enquête par la police et la gendarmerie, le juge d’instruction du tribunal militaire de Bafoussam, a décidé le mardi 1er novembre 2020 dernier, d’envoyer l’affaire devant le tribunal pour jugement à travers l’ordonnance de renvoi contre les manifestants.

De mémoire, 12 militants du Mrc avaient été libérés le lundi 12 octobre 2020 à Mbouda. Ils avaient été interpellés le 06 octobre lors d’une marche pacifique. Selon les déclarations du conseil des avocats engagés pour la défense de ces derniers, ce sont 151 interpellées dans cette ville restées entre les mains des forces de défense de l’ordre et de sécurité malgré des appels à libération. Cette détention abusive est jusqu’ici condamnée par le collectif d’avocats alors qu’ils exprimaient de manière pacifique un droit constitutionnel sur la base des instruments juridiques nationaux et internationaux.

Ces marches pacifiques ont été lancées par le Mrc depuis le 22 septembre 2020 pour exiger le départ du président de la République du pouvoir. A la suite des différentes marches de 600 personnes ont été interpellées dans les villes de Bafoussam, Yaoundé, Douala, Dschang. Ils sont poursuivis pour les faits de tentative d’insurrection.

Le flux rss de camer.be

Share: