Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Au moins trois personnes ont été tuées au cours d’échanges de tirs entre forces de sécurité et des insurgés dans la ville de Buea. Des coups de feu ont été entendus, ce mercredi, 12 janvier 2022, quelques heures avant la rencontre opposant le Mali à la Tunisie au stade Omnisports de Limbe.

Un conducteur de taxi, un agriculteur et un soldat ont perdu la vie dans des fusillades mercredi dans la ville de Buea. En effet, le chef-lieu de la région du Sud-ouest, en crise, a été le théâtre de violents affrontements mercredi matin. Selon le Maire de la ville, des individus armés ont attaqué le marché central, mercredi matin. Les assaillants ont effectué des tirs de sommation, afin de disperser la population. Leur objectif étant, sans doute, de faire observer les mots d’ordre de ville morte, lancés par les groupes sécessionnistes.

« Ils ont attaqué le marché tirant des balles en l’air pour disperser les commerçants. L’armée est arrivée et des affrontements s’en sont suivis. Un conducteur de taxi, un planteur et un soldat ont trouvé la mort », a déclaré David Mafani Namange à l’agence de presse Anadolu.  Selon d’autres sources médiatiques, les éléments des Forces de Sécurité ont ensuite mené des opérations de traque, alors que les populations se sont barricadées.

CAN 2021

Ces violences surviennent alors que les villes de Buea et Limbe abritent les équipes du Groupe F de la CAN 2021 qu’abrite le Cameroun du 09 janvier at 06 février 2022. Il s’agit du Mali, de la Mauritanie, de la Gambie et de la Tunisie. A cet effet, huit rencontres sont prévues au stade Omnisports de Limbe (situé à 25km de Buea) et les équipes séjournent dans les deux villes. Le premier match, Mali – Tunisie (1-0), s’est joué mercredi après-midi, sous haute surveillance militaire. Scénario similaire pour le second match de la journée, entre la Mauritanie et la Gambie.

« Suite à l’atmosphère tendue dans la ville, nous avons jugé utile de demander à la Tunisie et à la Gambie d’annuler leurs séances d’entraînement mercredi matin », a déclaré le Préfet du département du Fako, Ledoux Emmanuel Engamba. La situation a été plus tard maîtrisée. Je peux rassurer les sélections et les supporteurs présents dans la région qu’ils peuvent tranquillement vaquer à leurs occupations », a-t-il assuré.

Perturber la compétition

Quelques mois avant le coup d’envoi, les groupes séparatistes ont menacé de mener des actions pour perturber la compétition. Des menaces prises au sérieuses, puisque le Gouvernement a renforcé le dispositif sécuritaire dans les villes concernées.

Share:

Avatar

editor