Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

En grève depuis le lundi 21 février 2022, le Collectif « On a Trop Supporté » a rappelé ses revendications, dans un communiqué rendu public ce mercredi 23 février. Pour l’heure, l’opération « craie morte » reste maintenue, ont-ils annoncé.

Le mouvement de grève des enseignants camerounais se précise. Après avoir lancé un mot d’ordre de grève dit de « craie morte» à compter du lundi 21 février, un collectif d’enseignants indignés, a fait connaitre ses revendications. Réunis sous le slogan « On a Trop Supporté », ces enseignants ont rappelé, dans un communiqué publié ce 23 février, un ensemble de préoccupations qui ne tiennent en 6 points essentiels. Nous vous en donnons la teneur ci-dessous:

« 1- L’application du statut particulier de l’enseignant, qui va résoudre bon nombre de nos problèmes, car cela constitue le nœud gordien, le fondement, le socle de notre identité professionnelle, ainsi que le suivi raisonnable de notre carrière ; ceci afin de nous éviter de sempiternelles revendications ;

2- Le paiement de tous nos arriérés de salaire (rappels, avancements, non logement) et le complément de salaire de tous ceux qui sont dans l’attente, parce que nous avons trop supporté ;

3- La création d’une plateforme de mutation, d’affectation, ayant tous les paramètres et les exigences nécessaires et objectives, afin qu’un enseignant remplissant toutes les conditions puisse être affecté à une période donnée ; ceci dans un délai très court ;

4- Automatisation des avancements ;

5- Annulation du système d’avance de solde ;

6- Le paiement immédiat des frais d’examen. »

Le Collectif veut des solutions concrètes et définitives

Le Collectif d’enseignants s’engage à lever le mot d’ordre de grève, si le Gouvernement s’attèle à adresser chacune de leur revendication. D’ores et déjà, la volonté des pouvoirs publics à maintenir le dialogue a été saluée. En effet, le Secrétaire Général des Services du Premier Ministre (SGPM) a invité, le 18 février dernier, des représentants des grévistes à une réunion de concertation. Objectif affiché : « examiner les préoccupations» soulevées.

Au sortir de la séance de travail, à laquelle prenaient les départements ministériels concernés, la situation semblait revenir au calme. Le SGPM avait alors salué « des avancées notables enregistrées dans le cadre de la Commission interministérielle adhoc » constituée. Séraphin Magloire Fouda promettait alors que « toutes les questions posées par le collectif OTS seront analysées ».

Mais, ce mercredi, le Collectif « On a Trop Supporté » appelle à « des solutions concrètes, efficaces, définitives ». Réaffirmant le maintien du mot d’ordre de grève.

Share:

Avatar

editor