Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Le Délégué régional à la sûreté nationale (DRSN) de la région de l’Ouest met en garde les populations des grandes métropoles.

Dans un message radio adressé à tous les chefs des postes de police de la région de l’Ouest le 1er Octobre 2021, la Délégation régionale à la Sureté Nationale de l’Ouest indique que plusieurs grandes villes du Cameroun sont sous la menace des terroristes des groupes armés séparatistes. Sont principalement visées par ces attaques, les métropoles de Yaoundé, Douala et Bafoussam.

« Des renseignements dignes de foi font état d’un projet d’attaque des grandes métropoles en particulier les villes de Yaoundé, Douala et Bafoussam par des terroristes sécessionnistes », peut-on entendre dans ce communiqué radio de la DRSN.

Recommandations

Le chef de la police nationale exhorte ses collaborateurs de redoubler de vigilance et, prendre chacun en ce qui le concerne toutes les mesures idoines en vue de contrecarrer le dit projet « funeste ». Ils doivent briller dorénavant par l’intensification des recherches et renseignements prévisionnels, l’augmentation de la vigilance autour des points sensibles et instructions incombant la sureté nationale. Ils doivent accentuer la surveillance des lieux à forte concentration humaine, multiplier les patrouilles diurnes et nocturnes, inviter les collaborateurs commis aux barrages mixtes aux entrées et sorties principales des villes à plus de sérieux et de perspicacité dans ladite mission.

Retour à la barbarie

Des images insoutenables d’une jeune fille baignant dans son sang font le tour des réseaux sociaux. Selon les premières informations, il s’agit d’une jeune élève du lycée bilingue de Bafoussam âgée de 14 ans. L’incident s’est produit le 1er octobre 2021.

 Poitrine, mains, pieds, visage, tout le corps de la jeune fille a été tailladé par un inconnu qui a pris la fuite aussitôt après le forfait.

« Un monsieur a toqué la barrière de la maison où la femme habite. La fille est sortie, dès qu’elle ouvre, le gars a sorti sa machette, il commencé à découper la fille », indiqué une source sécuritaire qui a requis l’anonymat.

A Bafoussam, certains riverains accusent les groupes armés séparatistes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. En effet depuis plusieurs semaines des rumeurs faisaient état d’un projet de descente des Amba Boys dans la région de l’Ouest.

Par Johanne Annick MBEZA

Share: