C’est ce que Dieudonné Essomba soutient dans sa publication du 1er août 2020 sur son compte Facebook.

D’après l’économiste, il n’existe donc aucune possibilité de prendre les terres Ekang pour compenser le besoin des terres des autres Communautés, dont les ancêtres n’ont pas fourni l’effort de garder des espaces pour leurs descendants ou qui n’ont pas su contrôler leur natalité.

Sa publication
D’office, il n’y aura aucune concession sur la Vallée du Ntem, ni sur toute autre parcelle en territoire Ekang destinée à produire le cacao pour approvisionner l’usine de Kekem à l’Ouest. Et ceci, quelle que soit la forme où cette concession se présente, et quelles que soient les circonstances. Les promoteurs de l’usine n’ont pas jugé digne de s’installer au Sud, ils peuvent tout autant s‘approvisionner partout ailleurs.

Maintenant que cela est entendu, il importe de rappeler que ce n’est pas l’Etat du Cameroun qui a donné ces terres aux Ekang. Les Ekang ont conquis ces terres par le feu et le sang, dans des conditions extrêmement difficiles et l’Etat du Cameroun n‘était pas là pour les aider. Le droit qu’il se donne, en tant qu’institution publique dédiée à l’intérêt collectif, de mener des politiques publiques favorables au développement du pays ne va pas jusqu’à oblitérer des droits historiquement fondés avant sa création par les colons allemands.

Il n’existe donc aucune possibilité de prendre les terres Ekang pour compenser le besoin des terres des autres Communautés dont les ancêtres n’ont pas fourni l’effort de garder des espaces pour leurs descendants ou qui n’ont pas su contrôler leur natalité. Au Cameroun, les choses sont claires : chaque peuple a son espace conquis par ses ancêtres avant le Cameroun et ses lois. Et chaque peuple valorise son espace à sa guise : aucune politique ne saurait corriger l’histoire précoloniale par une prétendue réforme agraire qui n’a aucun sens dans notre environnement.

Un Etat intelligent sait jusqu’où il peut aller. Le Gouvernement du Cameroun et ses fonctionnaires doivent savoir jusqu’où ils peuvent aller. Aucune théorie économique n’a prouvé que le seul moyen de développer le Cameroun et résoudre les problèmes de chômage, c’est de redistribuer les Ekang aux gens soi-disant capables de les valoriser. Il n’y aura aucune concession dans la Vallée du Ntem pour produire le cacao et l’exporter à Kekem.

Share:

Avatar

author

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.