Pour la première fois au Cameroun, 200  entreprises de distribution des dispositifs
médicaux,  essentiellement constitué de
TPE/PME/start-up vont se réunir au cours d’une assemblée générale pour échanger
autour de ce secteur capital dans l’amélioration du système de santé et de
l’offre de soins.

Les ministres de la Santé, du Commerce, les
directeurs généraux des douanes, des impôts, du Lanacome, de la Cename et les
présidents des ordres des professionnels de la santé sont fortement attendus à
cette rencontre  historique qui se
tiendra le 18 février 2021 au Palais des Congrès de Yaoundé. 

Le bureau du Collectif 2DMC affine les stratégies.

Le 18 février 2021, une nouvelle page s’ouvre pour les distributeurs des dispositifs médicaux au Cameroun. Suite à la mise en place de leur collectif en abrégé 2DMC, ses acteurs incontournables dans le système de santé vont enfin se réunir pour leur offre de service. Cette assemblée générale va se tenir dans un contexte marqué par l’inefficacité de la politique nationale d‘acquisition des  équipements; un  choix inadapté de la technologie sanitaire; une absence de formation des utilisateurs à la manipulation des équipements biomédicaux; l’insuffisance et voire l’absence de culture maintenance.

Réunir
tous les distributeurs de ce secteur d’activités autour de l’idéal de
solidarité, d’humanisme, de travail, de coopération et d’échange ; mettre
en place un réseau national de communication entre distributeurs de ce secteur
sur les possibilités offerte en matière de formation ; développer les
relations entre distributeurs du Cameroun et à cet effet encourager et réaliser
des rencontres et échanges dans le domaine ; contribuer à la définition de
la place et du rôle des distributeurs biomédicaux dans la chaine sanitaire 
sont entre autres challenges de ce collectif. 

Mieux répondre aux défis sanitaires

Au
moment où, le pays fait face à la 2ème vague de la pandémie de la
Covid-19 et dans un contexte fortement dominé par l’implémentation de la
Couverture santé universelle, l’acquisition 
et la distribution des dispositifs médicaux de qualité dans l’ensemble
du triangle national deviennent un challenge incontournable pour l’amélioration
des plateaux techniques des formations sanitaires.

La
rencontre du 18 février se veut donc déterminant comme le précise Marcel Kayo
Foaguam, Secrétaire général du collectif 2DMC. « Au-delà de la concertation historiques entre les distributeurs, il est
important que certains verrous soient levés au près de nos administrations
partenaires. Il faudra donc faire le point avec le Ministère de la Santé
publique, le Commerce, les Douanes, les impôts et les autres secteurs
concernés »
, souligne t-il.   Le moment est venu pour les acteurs de la
distribution des dispositifs médicaux d’écrire en lettre d’or, cette nouvelle
page d’histoire. Joseph MBENG BOUM

« Cette Assemblée générale est la première de l’histoire dans le
domaine du Dispositif Medical au Cameroun »

Vincent de Paul NOAH, Vice-président du Collectif des Distributeurs des Dispositifs Médicaux du Cameroun

Monsieur
le Vice-président, le 18 février 2021, vous organisez une assemblée générale
élective du Collectif 2DMC. Quel est l’objectif de cette AGE ?

C2DMC
se définit comme  le Collectif des
Distributeurs des Dispositifs Médicaux du Cameroun.  L’usage et le bon sens
conduisent généralement à prévoir dans les statuts la convocation une fois par
an des membres de l’association après la création de celle-ci d’où l’obligation de tenir l’assemblée générale de cette
association.

Cette réunion annuelle permettra
ainsi de rendre compte des activités réalisées au cours de l’année écoulée, de
discuter des projets de l’année suivante et de valider la partie financière.

Cette Assemblée Générale sera l’occasion
de : valider les comptes, donner quitus aux dirigeants de leur gestion ; voter
le renouvellement éventuel des instances dirigeantes ; fixer les cotisations en
fonction d’un budget prévisionnel, faire évoluer l’association dans ses grandes
orientations ; définir les grandes orientations de l’association, et
proposer des plan d’actions pour les atteindre.

Cette A.G, la première de
l’histoire dans le domaine du Dispositif Medical au Cameroun il faut le
souligner, sera à la fois un moment de rencontre et d’échange convivial et
constructif entre les membres,

 Quels sont les acteurs attendus à cette
rencontre ?

Cette Assemblée
Générale  sera constituée par des membres
actifs à jour de leurs cotisations et détentrices  d’un agrément Minsanté en cours de validité. En
dehors des membres actifs, nous aimerions avoir tous les sectoriels
intervenants dans ce domaine particulier : le ministre de la Santé publique
 avec le directeur de la Pharmacie, du Médicament
et des Laboratoires (Dpml), le Directeur général du Lanacome et celui la Cename.  Le  ministre
du Commerce, le Directeur général des impôts, le Directeur général des douanes,
le Président de l’Ordre national des médecins du Cameroun et le Président de l’Ordre
national des pharmaciens, pour ne citer que ceux-là.

Combien de membre
comptez-vous dans cette organisation et quels sont leur profil ?

A ce jour, Le Collectif
2DMC compte environ 200  structures de
distribution des dispositifs médicaux,  essentiellement constitué de TPE/PME/start-up
, reparties sur l’ensemble du territoires nationales, avec
une fortes concentration dans les régions du Littoral, Centre et ouest.

Quels sont les résultats
attendus au terme de cette Assemblée générale ?

Les résultats attendus
de l’Assemblée générale  seront les
suivants : l’adoption formelle des statuts 
par les membres ; l’adoption d’un règlement intérieur,
complémentaire aux statuts,  ; l’adoption
d’un plan d’action annuel 2021 ; le renouvellement éventuel des
instances dirigeantes ; la fixation des cotisations en fonction d’un budget prévisionnel ; l’évolution de  l’association dans ses grandes orientations et  la validation
ou le rejet des nouvelles demandes d’adhésion.  

Comment définissez-vous
un distributeur des dispositifs médicaux ?

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), un dispositif médical se
définit comme:tout instrument,
appareil, accessoire, machine, outil, implant, réactif ou agent d’étalonnage in
vitro, logiciel, matériel ou autre article similaire ou apparenté dont l’action
principale voulue, sur ou dans le corps humain, n’est pas obtenue par des
moyens exclusivement pharmacologiques, immunologiques ou métaboliques, et qui
est destiné(e) à être utilisé(e) chez l’homme dans les buts suivants :  diagnostic, prévention, suivi, traitement
ou atténuation d’une maladie ;  diagnostic,
suivi, traitement, atténuation ou compensation d’un traumatisme ;   étude, remplacement, modification ou appui
anatomique ou d’un processus physiologique ;   appui aux fonctions vitales ou maintien en vie
;  régulation de la conception ;  désinfection des dispositifs médicaux ;
fourniture d’informations à des fins médicales ou diagnostiques au moyen d’un
examen in vitro d’échantillons humains.

Le distributeur des dispositif médicaux se définit donc
comme :
toute
personne physique ou morale faisant partie de la chaîne d’approvisionnement,
autre que le fabricant ou l’importateur, qui met un dispositif à
disposition sur le marché, jusqu’au stade de sa mise en service

Quelle place occupez-vous dans le système de santé
camerounais ?

Les dispositifs médicaux occupent un rôle essentiel pour
assurer la prise en charge sanitaire et améliorer la santé des individus et des
populations, Sans dispositifs médicaux, les actes médicaux de routine (allant
de la pose d’un bandage en cas d’entorse à la cheville, au dépistage du
VIH/SIDA ou à la pose d’une hanche artificielle) – seraient impossibles.  C’est un rôle central dans le système de
santé de tout pays dans le monde dont le Cameroun.

Avez-vous un apport significatif dans l’économie
camerounaise ?

Oui avec plus  de
200 structures comptant certaines PME utilisant plus de 70 employés,  les frais de douanes payés et impôts sont non
négligeables, sans oublier la logistique interne.

Quelles sont vos attentes des pouvoirs publics ?

Un meilleur encadrement sur le plan règlementaire pour
l’atteinte de l’objectif principal. Cet objectif repose sur la règle des «
quatre critères » : disponibilité – accessibilité pratique – adéquation –
accessibilité économique Des dispositifs médicaux.

Interview réalisée
par Joseph MBENG BOUM

Ouest

Care for all équipe le Centre de santé intégré de Tchou’o
(Batcham)

Cette
organisation à caractère humanitaire vient d’offrir à cette formation sanitaire
située à Batcham, département de Bamboutos, région de l’Ouest un important don
d’équipement de pointe pour son laboratoire.

Soucieux
de l’accès aux soins médicaux des personnes vulnérables, l’association Care for all a offert au Csi de Tchou’o
par Batcham, un microscope binoculaire neuf et de qualité. Cet appareil
permettra  d’améliorer la qualité  des analyses médicales, qui devront induire
le bon diagnostic et une meilleure prise en charge des patients.

Cette
action a été fortement saluée par les autorités sanitaires de la localité mais
également par les populations. « Il
était très difficile pour nous de faire des examens de qualité sans un
microscope qui répond à nos besoins. Ce don va nous permettre d’identifier
facilement les bactéries et faciliter la prescription. Nous avons de nombreux
de paludisme, de rougeole et toutes les autres maladies tropicales
 »,
se réjouit le responsable du Csi de Tchou’o par Batcham. 

 « Je  suis fier en tant que CEO (chief Executive
Officer) /Founder, de participer à ce grand travail que je résumerai par les
chiffres obtenus : 3180 bénéficiaires directs et indirects de notre programme
d’appui à la santé, 2035 bénéficiaires directs et indirects de notre programme
d’appui à l’éducation, 1050 bénéficiaires de nos campagnes de sensibilisation,
environ 700 bénéficiaires de notre campagne de dépistage de maladies
cardiovasculaires,  plus de 500
bénéficiaires(habitant du quartier) du pont construit à Emana etc. Je résumerai
l’année 2019 qui vient de s’achever comme étant une année exceptionnelle  de 
bons résultats, et de développement de notre association
 », se
félicite Marcel Kayo Foaguam, CEO de Care for All.

CARE
FOR ALL CAMEROON est une association sans but lucratif de droit camerounais,
créée le 06 août 2019 suivant le Récépissé N° 977/RDA/J06/A2/SAAJP/BAPP. Sa
création est rendue possible grâce à la convergence des visions des camerounais
d’ici et d’ailleurs soucieux de partager leur pain avec des personnes démunies
vivant sur le territoire de la République du Camerounais.

Care
for all a pour mission de procurer de l’énergie vitale aux personnes
vulnérables par leur autonomisation, 
l’amélioration de leurs conditions de vie et  la promotion du développement durable.

JMB

L’article Cameroun : les distributeurs des dispositifs médicaux en conclave, le 18 février est apparu en premier sur Echos Santé.

Share:

Avatar