Il a été exécuté dans un contexte marqué, par la poursuite de la mise en œuvre du programme économique et financier conclu avec le FMI.

Les résultats obtenus ont été influencés par la hausse des cours mondiaux du pétrole brut, l’incendie de la Société Nationale de Raffinage (SONARA), la poursuite des projets d’infrastructure de la CAN 2021, le ralentissement des activités dans les branches pourvoyeuses de recettes fiscales, la baisse des versements spontanés et la situation sécuritaire fragile dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et sur le plan technique, par l’ordonnance n°2019/001 du 29 mai 2019 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2018/022 du 11 décembre 2018 portant Loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2019.

Le rapport d’exécution du budget 2019 comporte quatre (04) parties. La première est consacrée à l’exécution du budget en recettes, la deuxième partie s’intéresse à l’exécution du budget en dépenses ; la troisième partie traite de l’équilibre budgétaire et de la gestion de la trésorerie ; la quatrième partie quant à elle, revient sur les problématiques particulières et les difficultés liées à l’exécution du budget.

A fin décembre 2019, les ressources mobilisées s’élèvent à 5 054,8 milliards pour une prévision de 5 401,0 milliards, soit un taux d’exécution de 93,6%. Cette performance résulte de la non-atteinte des objectifs aussi bien dans la mobilisation des recettes internes que des emprunts. Par rapport à fin décembre 2018, les recettes budgétaires augmentent de 141,5 milliards (+2,9%).

Selon les grandes composantes, les dépenses courantes s’établissent à 2 636,2 milliards pour une prévision de 2 551,1 milliards, soit un taux d’exécution de 103,3%. Les dépenses en capital, se situent à 1 492,2 milliards pour une prévision de 1 478,0 milliards, soit un taux d’exécution de 102,6%. Le service de la dette publique se chiffre à 1 036,7 milliards, pour une prévision de 1 380,4 milliards, soit un taux d’exécution de 75,1%.

Le budget de l’exercice 2019 a été voté avec un déficit de 1,5% du PIB, induisant ainsi un besoin de financement budgétaire de 345,4 milliards. En fin d’exercice, ce déficit se situe à 3,5% du PIB. Le PIB projeté lors de l’élaboration de la loi de finances 2019 est estimé à 22 574,0 milliards, celui-ci est utilisé pour déterminer les soldes réalisés en valeur relative.

Il s’agit notamment des procédures dérogatoires, certaines dépenses d’investissement et de fonctionnement, de la situation de la passation des marchés publics ainsi que d’autres problématiques. Ce rapport a pour objet de rendre compte de l’exécution de la loi N°2018/022 du 11 décembre 2018, portant Loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2019. Il est destiné à l’information du Parlement et mis à la disposition du public conformément à la loi n°2018/012 du 11 Juillet portant Régime Financier de l’Etat et des autres entités publiques

Share:

Avatar

author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.