Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Membre du Comité Central du RDPC, le Pr Charlemagne Messanga Nyamding doit s’expliquer, ce mercredi 13 avril 2022, devant les instances disciplinaires du parti. Une comparution qui fait suite à une convocation de la « Commission Musonge », après des propos incendiaires du politologue, à l’encontre de ses camarades de parti.

Le politologue Messanga Nyamding comparait ce mercredi devant une commission disciplinaire ad hoc, spécialement convoquée pour statuer sur son cas. La procédure disciplinaire aura lieu au Secrétariat Général du comité central du RDPC sis à côté du Lac Municipal de Yaoundé. Elle sera présidée par son président, l’ancien Premier Ministre, Peter Mafany Musonge.

Certes, les motifs de cette convocation n’ont pas été notifiés dans l’acte de convocation, signé le 08 avril 2022. Cependant, on peut supputer qu’il est reproché à cet habitué des plateaux télé, ses prises de position très critiques, à l’égard des membres de son parti. Dernière sortie houleuse en date, ses déclarations incendiaires à l’égard du RDPC et de ses dirigeants, début avril.

« Nous avons détruit le Cameroun »

Invité sur le plateau de l’émission dominicaine « Club d’Elites », diffusé sur la chaine de télé VISION 4, le Pr Messanga Nyamding a dressé un bilan négatif de son parti, dans la gestion du pays, en 37 ans. Le politologue a, notamment, accusé le parti au pouvoir d’avoir « détruit le Cameroun ». « 37 ans après, nous devons avoir honte parce que nous n’avons pas suffisamment accompagné l’État », a martelé le membre du Comité Central du RDPC.

Poursuivant, l’enseignant-chercheur en sciences politiques a, par exemple, regretté l’absence des principes de « rigueur et de moralisation » et de « justice sociale » dans la gouvernance, chers au Président de la République. Accusant, pêle-mêle, certains camarades de parti d’être « des pillards en col blanc » de la fortune publique. Des propos mal accueillis dans son camp, alors que le parti célébrait avec faste, les 37 ans de sa création et de sa position dominante sur l’échiquier politique national.

Récidiviste, mais confiant…

C’est que, le mis en cause n’en est pas à sa première sortie du genre. Ni même, à sa première sanction disciplinaire au sein du RDPC. Déjà, en mars 2021, Messanga Nyamding avait multiplié les déclarations critiques. Lesquelles avaient débouché sur son affectation à l’Université de Ngaoundéré, après avoir été déchargé de ses fonctions de Chef de Département à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun.

Mais le « Biyaiste », comme il aime à se présenter, reste droit dans ses bottes. Réagissant à sa convocation, le Pr Messanga Nyamding a dit vouloir comparaitre « sans craintes et sans reproches ». « je vais là-bas pour leur rappeler que la liberté d’expression est garantie par le préambule de la Constitution du Cameroun conformément à nos lois ; et par les conventions internationales dument ratifiées par l’Etat camerounais », a-t-il souligné.

Share:

Avatar

editor