L’ancien ministre de la Défense devrait être fixé sur le montant précis retenu contre sa personne et ses coaccusés et sur la liste des témoins le 16 novembre prochain.

Il y a avait audience au Tribunal criminel spécial (Tcs) le 29 octobre 2020 au sujet de l’Affaire Mebe Ngo’o, avec ce qui apparaît comme une bataille des listes des témoins. La liste définitive des témoins qui aurait dû être présentée le jeudi 29 octobre dernier sera déposée plutôt le 16 novembre au tribunal. Une erreur matérielle a d’ailleurs contraint les avocats de l’ancien ministre à solliciter un délai pour la réparer.

On n’ignore du reste les noms des personnes qui seront invitées à donner des précisions sur les charges qui pèsent sur cet ancien faucon du régime de Yaoundé. Ce que l’on sait cependant, c’est qu’ils ont un rôle déterminant à jouer dans le dossier N°056/RG-TCS/2020 et qu’ils sont connus des accusés. L’ancien ministre y était dans le cadre de la seconde audience d’une affaire conduite par la présidente du Tcs en personne, Annie Nöelle Bahounoui Batendé.

L’ancien ministre de la Défense, puis ministre des Transports, Edgar Alain Abraham Mebe Ngo’o, sera finalement entendu pour les faits de corruption, détournement de biens publics (DBP), violation du code des marchés, prise d’intérêts dans une affaire, blanchiment aggravé de capitaux et complicité de détournement de biens publics.

Comme ses coaccusés Mbangue Maxime, Mboutou Elie Ghislain et Victor Menye, l’ex tout puissant ministre de la Défense est en détention provisoire depuis le 8 mars 2019. Quant à son épouse, Minla Nkoulou Bernadette épouse Mebe Ngo’o, elle est détenue depuis le 11 mars 2019.

L’instruction dans le dossier « Mebe Ngo’o » a récemment été close. Les accusés sont soupçonnés du détournement présumé de près de 237 milliards FCFA. Il est reproché à Edgard Alain Mebe Ngo’o d’avoir passé plusieurs marchés contenant des irrégularités avec l’entreprise chinoise Poly Technologies pour la fourniture de matériels, le fractionnement des marchés et l’inobservation des dispositions régissant la passation, l’exécution et le contrôle des marchés publics.

Pour ce qui est des contrats avec la société Mag Force internationals, l’ancien ministre aurait perçu des rétrocommissions. On soupçonne également celui qui fut Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun puis patron de la Police nationale d’avoir fait main basse sur une partie des fonds destinés à l’achat des effets d’habillement militaires.

La justice soupçonne son épouse d’avoir utilisé ces fonds afin d’acquérir d’importants biens mobiliers et immobiliers. Bernadette Mebe Ngo’o est e effet soupçonné de complicité de détournement de la somme totale de 5,23 milliards FCFA, et pour complicité de corruption, blanchiment de capitaux dont le montant avoisine 5 milliards de FCFA.

Cet article Cameroun : le point sur l’Affaire Mebe Ngo’o au Tribunal criminel spécial est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar