La Cérémonie officielle de lancement de la campagne de communication portant sur le suivi des activités du processus d’inscription de l’élément culturel NGUON sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité s’est tenue ce samedi 7 novembre 2020 au Palais des Congrès de Yaoundé.

Rappelons que le NGUON est le plus grand et plus ancien événement patrimonial et culturel du Cameroun et de l’Afrique Centrale. Nguon signifie scarabée, insecte de la famille des dynastes, des boursiers et de hanneton qui est un animal révéré à l’Égypte ancienne. C’est l’emblème du soleil. Symbole cyclique du soleil et de la résurrection. Le scarabée vit des excréments qu’il transforme en boule qu’il enfouit dans le sol. C’est autour de tout ce mystère de la mort à la résurrection que se focalise le Nguon pour subsister. Ce fondement de la communauté Bamoun a été enrôlé il y’a six cents ans au moins. Au départ, c’était juste une fête des récoltes initiée par le premier monarque Nchare Yen. Au fil du temps, ce festival a pris une envergure nationale. L’opération du ministère des Arts et de la Culture d’inventorier le patrimoine culturel de la région de l’ouest Cameroun a permis de classé le Nguon au registre de patrimoine culturel national par arrêté N°20/0006/MINAC/CAB du 21 février 2020 portant classement des éléments du patrimoine culturel immatériel.

C’est en présence de plusieurs personnalités au rang desquels des ministres, les hommes politiques de tout ordre et les majestés chefs traditionnels; des ethnies des dix régions du Cameroun et sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya Roi des Bamouns, Président du Nguon que s’est déroulée la présentation du processus d’inscription du Nguon sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité sous la Présidence du Ministre de l’Education de Base, Président de la Commission Nationale de l’UNESCO sous la supervision technique du Pr Ismaël BIBOUNG MKPATT, Ministre des Arts et de la Culture.

La dynamique équipe qui a travaillé autour de ce projet reste à féliciter, car tous les critères ont été respectés c’est pourquoi le Nguon sera inscrit au patrimoine culturel et immatériel de l’UNESCO dans les prochains jours. Toutes les parties prenantes ont donné de leur expertise et leur expérience nécessaire pour en arriver à ce résultat. S’il faut les citer, sa Majesté Mbombo Njoya et tout le peuple Bamoun expriment leur gratitude à l’endroit du Chef de l’Etat Paul Biya chef de la diplomatie camerounaise, le Ministre des Relations Extérieures, le Ministre de l’Education de Base, le Ministre des Arts et de la Culture et le Représentant de l’UNESCO au Cameroun et la liste n’est pas exhaustive. À travers plusieurs discours de ces personnalités et experts, c’est le Cameroun tout entier qui est honoré, une raison de plus plusieurs ethnies étaient présentes à cet événement, symbole du multiculturalisme et du vivre-ensemble.

Comme tout festival, le Nguon a plusieurs particularités. Les danses traditionnelles, les cérémonies rituelles, les soirées récréatives et l’exposition des mets traditionnels. Durant sept jours, les griots égayent le palais royal. Le cœur du Nguon se déroule le samedi matin lors du rituel officiel de destitution et restitution des pouvoirs du sultan. Dans cette continuité, le dimanche est jour de défilé ou les populations sont déguisées en guerriers. Ce mouvement qui draine quasiment tout le peuple débute à 6h15 à la cour de la mosquée par les sons des tambours mythiques. Puis le sultan sort enfin de son lieu de rites entouré de ses notables à la cour de la mosquée où se déroule le défilé.

C’est autour des danses traditionnelles au que s’est achevé cette prestigieuse cérémonie.

Quelques réactions recueillies lors de cette journée.

Interview du chef traditionnel de la communauté Bamoun de Nkozoa à Yaoundé. Sa Majesté Pountougnigni Poteyap Alim

Quel est votre sentiment par rapport à cet événement ?

Je vous remercie par rapport à cette question, mes impressions en tant que Bamoun ne peuvent que être bonnes comme nous avons tous vu, le Nguon sera inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, je suis un camerounais très fier, je rentre ragaillardi.

Qu’est-ce qui vous a marqué particulièrement ?

Nous avons vu toutes les cultures, toutes les ethnies soutenir cet événement ce qui prouve à suffisance que le vivre-ensemble et le multiculturalisme sont réels au Cameroun prôné par le Chef de l’Etat son Excellence Paul Biya.

Quelles sont les actions que vous venez personnellement pour le vivre-ensemble ?

En tant que Chef Traditionnel de Nkozoa de la communauté Bamoun, nous organisons chaque fin d’année, une fête où nous invitons toutes les autres communautés autour de nous pour communier et partager ensemble nos valeurs culturelles, nos us et coutumes. Un petit musée est construit à la chefferie de Nkozoa pour permettre à ceux qui ne connaissent pas Foumban de vivre notre culture sur place.

Quels sont vos vœux à l’endroit du sultan ?

Nous sommes fiers de notre sultan, que Dieu lui prête longue vie, sagesse afin qu’il continue à mener les bonnes œuvres qui vont avancer la culture Bamoun.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar