Allez donc comprendre, pourquoi ils ne veulent point comprendre, pourquoi ils comprennent trop bien et essayent de se cacher, de maquiller leurs discours, d’entretenir la confusion. Kumba, c’est la mort, c’est un assassinat, mais c’est tout sauf comme un autre et comme les autres. Ne mélangez rien et ne confondez rien, parce que la vérité, parce que l’histoire ne vous pardonneront pas. Kumba, ce sont des adultes qui ôtent la vie sauvagement à des enfants à la fleur de l’âge, des innocents. Voilà tout, voilà la réalité, la vérité et elle est simple.

Nul n’est plus obligé d’aller au maquis pour exprimer son opinion, ses idées. Ainsi parlait Paul Biya, qu’on l’aime ou que l’on le déteste, notre quotidien le montre, démontre et témoigne, à propos de cette liberté de ton devenue une maladie diarrhéique.

Mais alors, pourquoi feindre d’ignorer les coupables, d’attendre des enquêtes pour savoir, et pourquoi faire des mélanges, accuser le président, exiger ceci et cela, parler de guerre, de cessez-le-feu ? Que ceux qui ont choisi leur camp, aient le courage de leur traitrise, et nous ne leur jetterons pas la pierre. Nous vous accepterons tous pour le dialogue, et vous viendrez sans masques ni détours ni simulations, et ni gel. Ayez le courage.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar