Le secrétaire général des Nations Unies (ONU) Antonio Guterres s’est dit choqué dimanche par l’horrible attaque de samedi contre une école à Kumba, dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, au cours de laquelle plusieurs enfants auraient été tués et d’autres blessés, a déclaré son porte-parole.

Cette attentat constitue un nouveau rappel inquiétant du lourd tribut que payent les civils, y compris les enfants dont beaucoup ont été privés de leur droit à l’éducation. Les attaques contre les établissements d’enseignement constituent une grave violation des droits de l’enfant, a souligné Stéphane Dujarric, le porte-parole, dans un communiqué.

Le secrétaire général a présenté ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Il a exhorté les autorités camerounaises à mener une enquête approfondie pour s’assurer que les auteurs de l’attentat en seront tenus pour responsables. Il a appelé tous les acteurs armés à s’abstenir d’attaques contre les civils et à respecter le droit international humanitaire ainsi que des droits de l’homme, selon le communiqué.

M. Guterres a vivement exhorté les parties à répondre à son appel en faveur d’un cessez-le-feu global. Il a réitéré la disponibilité de l’ONU à soutenir un processus de dialogue inclusif menant à une résolution de la crise dans les régions agitées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Les séparatistes cherchent à faire sécession du Cameroun dont la majorité est francophone et à créer une nation indépendante dans les deux régions anglophones, qu’ils appellent “l’Ambazonie”. Ils sont en conflit avec les forces gouvernementales depuis 2017.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar