C’est dans la nuit du 23 septembre 2020 que la rédaction du quotidien Le Jour a été mise à sac par des hommes sans foi ni loi encore inconnues. Les cambrioleurs auraient emporté l’essentiel du matériel roulant du journal dont Haman Mana en est le Directeur de publication.  

Selon le chef service des sports du quotidien, Achille Chountsa, les cambrioleurs ont emporté les ordinateurs des journalistes, du monteur, ainsi que les livres publiés par les éditions le Schabel d’Haman Mana. En effet, le cambriolage se serait produit dans la nuit de ce mercredi à 1 h 30, heure à laquelle le monteur a quitté le siège du journal.

Des actes qui portent ainsi des coups durs à la rédaction du quotidien bleu dont le siège se trouve au lieu-dit Rue Ceper à Yaoundé. Face à cette situation difficile, Achille Chountsa fait savoir que le Directeur de publication du journal ne croise pas les bras, il « se bat comme un beau diable » depuis ce matin pour permettre à cette rédaction de travailler et de ne pas sevrer ses lecteurs de ses publications. C’est ainsi que le journaliste spécialisé en sport rassure, « Nous avons fait l’horrible découverte ce matin. Très surpris. Mais nous préparons le prochain numéro. Le jour sera en kiosque demain jeudi ».

Des sources bien introduites, c’est le deuxième cambriolage enregistré ces trois derniers mois dans les rédactions de presse à Yaoundé, la capitale camerounaise. L’on se rappelle, avant le quotidien Le Jour, c’est le siège du bihebdomadaire, l’œil du Sahel qui avait reçu la visite des malfrats dans la nuit du 22 au 23 juin dernier. La rédaction du journal de Guibaï Gatama s’était alors vue vidée de son matériel de travail. Avec la récurrence des cas de cambriolages dont la presse camerounaise est victime depuis quelque temps, certains observateurs se posent la question de savoir à qui profite véritablement les forfaits, quand on sait que la presse privée du pays éprouve déjà d’énormes difficultés sur le plan financer ?

Source: ACP

Share: