La pandémie du Coronavirus bouscule les prévisions gouvernementales en jetant un froid sur la croissance économique.

L’inquiétude ne cesse de monter au Ministère des Finances (MINFI) depuis quelques jours. On se pose la question de savoir si les objectifs seront atteints cette année. Des bouches autorisées affirment qu’il n’est plus possible de tenir sur 4.850,50 milliards FCFA de projections de recettes. Cela s’explique par le gel de nombre d’activités et les mesures barrières du gouvernement visant à empêcher la propagation du Coronavirus.

Beaucoup d’engagements ne seront pas tenus à l’allure où vont les choses. Notamment le règlement d’une ardoise de près de 1.012 milliards FCFA (472,2 milliards FCFA pour la dette extérieure, contre 539,7 milliards pour la dette intérieure). Des ajustements s’imposent pour l’Etat réussisse à joindre les deux bouts. La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) propose aux différents gouvernements d’adopter des lois de finances rectificatives.

« Celles qui cadreront avec les prévisions de recettes et dépenses plus réalistes, au regard du chamboulement provoqué par le Covid-19 dans l’environnement socio-économique. » L’Etat du Cameroun pourrait procéder à une réallocation des fonds affectés aux dépenses publiques non prioritaires. Il faut renforcer le système de santé pour permettre une prise en charge plus efficace des personnes atteintes de COVID-19.

Les prévisions concernant les recettes pétrolières, tablant sur 443 milliards FCFA pour 2020 auront du mal à tenir. La projection de la redevance sur le pétrole était basée sur une production de pétrole de 26,5 millions de barils. Le cours du baril à 57,9 dollars, duquel on enlève 3,5 dollars de décote, soit un prix du baril camerounais à 54,4 dollars. Le baril est placé à moins de 30 dollars, les recettes pétrolières vont chuter.

Share:

author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *