Depuis quelques années, dès que tu allumes ton téléviseur, zappant sur les chaînes nationales, et que tu tombes sur un de ces débats politiques (pour ne citer que ce domaine), tu vas toujours voir les mêmes têtes. Le même scénario est produit dès lors que tu allumes ta radio et que tu zappes sur les FM. Toujours les mêmes : Elimbi Lobe, Jean Baptiste Atemengue, Hervé Emmanuel Kom, Messanga Nyamding, Claude Abe, Mathias Eric Owona Nguini, Sam Baka, Jean Tagougang, Joshua Oshi, David Eboutou, Abdoulaye Ado, Célestin Djamen, Jean de Dieu Momo et co. Il y en a même qui réussissent l’espoir de faire deux à trois plateaux par jour, parfois avec les mêmes vêtements et ressassant les mêmes phraséologies. Et lorsque tu demandes au nom de quoi ou de qui ces personnes se croient le droit de parler pour les camerounais ou pour les problèmes qu’ils embrassent ? Ils te répondent : au nom de leur “prestigieux statut” de leader d’opinion.

C’est donc au nom de cela qu’un nommé Célestin DJAMEN a cru bon de rappeler à l’ordre les personnes ayant porté critiques à ses dernières sorties médiatiques. De plus en plus, il croit bon de mépriser ceux-là qui n’ont pas eu la “chance” d’être un pur produit des médias comme lui ; ceux-là qui profitent des réseaux sociaux pour s’adresser à lui, lui le très grand homme politique-leader d’opinion.

Des hommes politiques de média. Des hommes politiques sans cabinet, ni permanence ; n’en parlons plus de fief.

Il faut que les gens comme Célestin Djamen sachent que si pendant longtemps les médias leur ont permis d’exprimer leurs velléités et leurs ambitions politiques jouant avec les sentiments et la patience des kamerunais, aujourd’hui les réseaux sociaux donnent la possibilité à ces derniers d’exprimer leurs problèmes, leurs mécontentements et leur ras-le-bol. La diffusion numérique des problèmes sociaux a remplacé le théâtre télévisé ou radiophonique des leaders d’opinion. Que Djamen s’en prenne aux Fake profils, c’est une chose ; qu’ils râlent sur des personnes manifestant leur déception, c’en est une autre qui ne saurait me laisser indifférent. DJAMEN dit être un homme politique. D’accord. Cependant je veux qu’il me le prouve en relevant ce petit défi :

Que DJAMEN organise un meeting politique dans un lieu de son choix sans pain, ni boisson et on voit combien de personnes y prendront part. Qu’il organise un meeting pour uniquement parler aux gens, on voit combien de personnes y participeront du début à la fin. Il en va de même pour tous les autres plaisantins à qui les médias ont donné une certaine visibilité et qui perturbent la tranquillité des kamerunais. Il en va de même pour cet autre hurluberlu politique opérant du côté de Njombe Penja.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar