Ces individus armés ambitionnaient dérober la recette quotidienne de cette station-service. Les faits se sont déroulés la nuit de Mercredi à Jeudi 20 Février 2020 au quartier Akwa Nord à Douala.

L’insécurité est un réel problème à Douala, capitale économique du Cameroun. Le 20 Février 2020, un pompiste a été assassiné pas deux malfrats. Ces hommes armés et non identifiés ont débarqué pour vider la recette quotidienne collectionnée par ce gérant de station-service au quartier Akwa-Nord. Des sources bien crédibles certifient que : « la victime a été tué par un groupe de deux hommes armés après qu’il a opposé une vive résistance. Les deux malfaiteurs voulaient qu’il leur remettre sa recette quotidien ».

Tous les êtres humains n’ont pas le sens du travail, de la créativité de la persévérance et que sais-je encore ? Tandis que d’aucuns passent des nuits et des jours à la quête du pain quotidien et d’une légale insertion sociale, d’autres prennent du plaisir à jouir des fruits qui ne leur appartiennent pas.  Au-delà d’accomplir cet acte abject, ils vont jusqu’à ôter la vie des personnes qui leur résistent. De cette tragédie à la station-service d’Akwa Nord, les mêmes sources précisent que « La résistance du pompiste n’aura pas servi à grand-chose. En effet, il a été abattu par les deux malfrats. En sus, ces derniers ont emporter avec eux la recette journalière. Par ailleurs, les deux hommes armés ont aussi volé deux motos qui étaient garées à la station ».

Une telle situation, entraine toujours des conséquences fâcheuses. L’individu assassiné a une petite famille à sa charge. Que deviendra-t-elle en ce moment où la vie du pilier est éteinte ? A pied, à moto ou à taxi, les brigands dictent leur loi dans les grandes villes du Cameroun. Une source policière indiquait que : « leur mode opératoire consiste à tromper la vigilance de leurs victimes en donnant l’impression de pratiquer du sport ; munis de poignards, ils profitent pour les dépouiller de leurs téléphones portables, argents et autres biens de valeur ». Sauf dans le cas du pompiste, les voleurs ont sillonné tout autour en attendant que la station se vide de ses clients et que la voie soit fin prête pour attaquer.

 Ils ont traversé sur le corps de la victime avant d’entrer en possession du butin. Les clients venus après le déroulement des faits, sont tombés sur le cadavre. Trop tard pour identifier les coupables du crime. La charge revient aux agents de sécurité de retrace les faits, pour maitre la main sur les malfrats. Une enquête en est d’ailleurs ouverte.

Share:

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.