Le Mindef, tout en prenant en compte les réclamations signalées, frappe du poing sur la table et veut des clarifications. C’était mardi à Douala.

Où sont passées les primes de militaires déployées dans le Nord-Ouest et Sud-Ouest, aujourd´hui blessés et évacués ? Le Mindef qui a pris en compte les réclamations signalées par certains d´entre eux, de ce qu´ils ne percevaient leurs dus depuis leur internement à l’hôpital militaire de Douala, se veut rassurant. Joseph Beti Assomo frappe du poing sur la table, et veut des clarifications sur ces cas relevés. Il est question pour le ministre délégué à la présidence chargé de la défense de voir clair, dans la mesure où ils n´ont pas reçu de retour de primes non payées.

« J´ai la liste des intéressés de manière détaillée. Ce sont des cas bien précis, avec la durée et les unités de rattachement. Cette liste sera remise par les voies appropriées au Commandant de la deuxième région militaire interarmées (Com2remia), pour qu’il procède aux vérifications nécessaires, de la pertinence ou non de ces revendications. Il s’agira de répondre à la question : si un personnel blessé n´est plus éligible aux primes. Et s´il ne l´est plus, que sont devenues les primes envoyées par la hiérarchie et qui ne leur ont pas été remises ? Puisque nous n´avons reçu aucun retour de primes non payées. Ça veut dire qu´elles existent, elles sont quelque part », a indiqué Joseph Beti Assomo.

Ces revendications ont été faites lors de l´escale de retour de Kumba, pour une visite de réconfort, aux éléments internés dans ce centre hospitalier. Pour les cas urgents, le Mindef a promis des évacuations sanitaires vers l´extérieur, dans les brefs délais, où les plateaux sont plus relevés, afin d´apporter les solutions définitives et satisfaisantes pour le bien de ces vaillants soldats.

Pendant deux jours, la mission du ministre délégué à la présidence chargé de la défense, Joseph Beti Assomo, du haut commandement militaire et des chefs des corps de sécurité ont séjourné à Buea et Kumba. L´ objectif de cette descente sur le terrain, sur hautes instructions du Chef de l´Etat, était de réarmer le moral des troupes, face à la recrudescence des actes de terrorisme perpétrés dans ces régions.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar