A quelques jours de la cérémonie officielle de son installation prévue pour la samedi 31 octobre 2020, il est resté fixé sur ses objectifs. Il s’agit de donner une autre physionomie à la municipalité placée sous sa responsabilité. Quand ingéniosité, témérité et vitalité riment parfaitement. Voilà ce qui caractérise le Maire de la commune de Banka.

Cette image saute aux yeux. Elle est incontestable. Très attaché à la beauté plastique, Joseph Nguessieuk sait prendre soin de son apparence physique comme de son esprit. Dominé par une spontanéité inédite, le temps ne semble pas avoir de prise sur lui… Rien de l’ennui comme la monotonie et la sédentarité. Faire bouger les lignes, partout où il se trouve, constitue le credo de son action.

Il ne parle seulement du changement, mais, il agit au quotidien, pour que cela soit une réalité. Entre descentes sur le terrain et réunion de coordination, il ne chôme vraiment pas lorsqu’il se trouve à l’hôtel de Banka. Connecter cette mairie aux canons du management des organisations fait partie de ses premières actions. A peine avoir pris fonction le 27 février 2020, il s’est déployé pour renouveler le parc informatique de cette municipalité. L’audit du personnel a aussi constitué ses premiers de dossier de travail. D’où ce redéploiement qui semble produire des résultats à quelques mois. Les équipes s’échinent, malgré le Coronavirus, à permettre à la commune d’avoir des sources de recettes autonomes. Et ca marche un peu sous l’impulsion du Maire Nguessieuk.

Il dégage un grand magnétisme

Rappelons qu’avant le 09 février 2020, très peu de personne pariait pour la victoire de l’équipe conduite par Joseph Nguessieuk au terme de la dernière élection municipale. Seuls quelques initiés de l’analyse prévisionnelle des faits politiques pouvaient affirmer, sans ambage, que la liste du Mouvement Citoyen National Camerounais (Mcnc) allait gagner haut la main cette compétitions politique. Une victoire surtout à mettre à l’actif de Joseph Clovis Nguessieuk qui a su faire le casting de ses colistiers. Son besoin de bouger, ses facilités d’adaptation et sa facilité de contact constituent les fondements de sa réussite.

Il se montre toujours très persuasif quand il s’agit de défendre une idée ou une personne qui lui tient à cœur. Il sait s’investir rapidement dans tous les postes à responsabilité qui lui sont octroyés, dès l’instant où il bénéficie d’une grande liberté d’action.

Contemplatif, très intuitif, il dispose d’un remarquable pouvoir d’investigation.

Une grande agilité d’esprit facilite son intégration dans tous les milieux sociaux ou culturels. D’ailleurs, comme on le voit sur la photo, le samedi 29 septembre il s’est rendu à Folentcha pour palper du doigt les réalités que vivent les agriculteurs de ce village au relief accidenté et enclavé de sa commune. Et las bas, il a une fois de plus montré que ses contacts sont aisés et qu’ il dégage un grand magnétisme. Ce qui lui permettra d’aller plus loin s’il sait ménager sa monture.

Guy Modeste DZUDIE
 
Le félin de la décentralisation dans la région de l’Ouest

37 ans, il est le plus jeune maire de la région de l’Ouest depuis l’avènement des indépendances. Même son ancien parti politique le RDPC n’a pas pu briser son rêve qui l’a porté à la tête de la commune de Banka qu’il dirige aujourd’hui avec fierté, malgré la haine viscérale, les flèches cyniques et jalousées de ses anciens camarades du parti au pouvoir.

C’est l’histoire d’un jeune loup déterminé aux dents très longues qui alimente actuellement les chaumières, fait la fierté des jeunes de la région de l’Ouest en général et du Haut-Nkam en particulier et déplait par la même occasion les militants du RDPC- le rassemblement démocratique du peuple camerounais de cette circonscription politique.

37 ans et 2e personnalité de l’arrondissement de Banka, Joseph Nguessieuk très dynamique est sans doute le plus jeune maire de la région de l’Ouest depuis l’avènement des indépendances. La victoire qu’il célèbre aujourd’hui est le résultat de sa détermination, son endurance, sa résistance et sa persévérance face aux multiples difficultés auxquelles il a été confronté.

Militant du RDPC jusqu’à janvier 2020, l’actuel maire de la commune de Banka a rejoint les rangs du MCNC- le mouvement citoyen national camerounais, suite à des frustrations, manque d’estime, et mépris subis au sein du parti au pouvoir. C’est après cela qu’il va réveiller et remettre sur la scène politique ce parti politique, et tout de suite il va mobiliser les troupes et conduire la liste des candidats du MCNC aux municipales du 09 février 2020 à Banka.

Après dépouillement des bulletins de vote, son nouveau parti politique est déclaré vainqueur avec une majorité relative de 20 sièges contre 3 et 2 respectivement pour le RDPC et l’UMS, les autres partis en compétition.

Après cette brillante victoire, ce n’est pas du tout un long fleuve tranquille qui suivra, car naitront toute sorte d’attaque, jalousie, mécontentement, batailles, procès juridiques de son ancien parti comme du MCNC. Mais malgré tout, le jeune loup aux dents très longues a survécu.

Sa détermination, son courage et son audace… méritent d’être encouragés et salués à leur juste valeur. Un exemple qui devrait également inspirer bon nombre de jeunes qui se croient incapables de gérer les affaires de la cité. Il faut néanmoins indiquer que jamais, aucune victoire n’avait fait d’une part autant de mal, et d’autre part autant de fierté dans le Haut-Nkam. La bataille continue et le magistrat municipal résistera à jamais à tous ces actes sordides.

Actuellement, il est temps de faire la différence en impulsant une nouvelle politique de gestion, mettre en œuvre et concrétiser les promesses de la campagne électorale afin de relever le niveau de vie des populations de Banka qui ont besoin des services sociaux de base (eau, électricité, route…) Et le maire Joseph Nguessieuk sera jugé au bout des 5 prochaines années.

Demetrio WOUASSOM

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar