C’est dimanche dernier, au cours de la 2ème session ordinaire du Conseil électoral d’Elecam, que les membres de l’auguste institution ont commencé à éplucher les candidatures des dix partis politiques en lice.

C’est lancé dès ce vendredi, l’effectivité des opérations préélectorales en vue des élections régionales du 6 décembre prochain. En publiant ce jour, les listes des candidatures retenues et celles rejetées des dix partis politiques en lice, le Conseil électoral ouvre la voie de ce fait au contentieux préélectoral qui ne manquera certainement pas.

Le Conseil était tenu de rendre publique les listes des candidats au plus tard le 7 octobre prochain, selon les exigences de l’article 187 du Code électoral. « Soixante (60) jours au moins avant la date du scrutin, le Conseil électoral arrête et publie les listes des candidats », stipule la loi électorale. En ce qui concerne ce contentieux avant les élections proprement dites, elle est encadrée par les articles 189 et 190 du Code électoral.

On note de ce fait que la décision d’acceptation ou de rejet d’une liste de candidats peut faire l’objet d’un recours devant la juridiction administrative compétente, par un candidat, le mandataire de la liste intéressée ou de toute autre liste, ou par tout électeur inscrit sur la liste électorale de la commune concernée (alinéa 1 l’article 189).

Après cette publication, les contestations ou réclamations sont faites sur simple requête, dans un délai maximum de cinq (05) jours suivant la publication des listes de candidats (alinéa 2).

En ce qui concerne les délais de verdict, la juridiction administrative compétente statue dans un délai maximum de cinq (05) jours suivant sa saisine (alinéa 1 de l’article 190). En outre, la décision de la juridiction administrative compétente est immédiatement notifiée au Conseil électoral d’Elections Cameroon, pour exécution, et aux autres parties intéressées, comme le précise l’alinéa 2 du même article.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar