Le Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale, confirme que l’Ecole de géologie et d’exploitation minière de Meiganga, n’est plus opérationnelle depuis 3 ans, contrairement à ce que laissait croire le Ministre de l’Enseignement Supérieur.

Les députés du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN) ont répondu le 10 Août 2020 à l’appel des populations de Meiganga, pour démentir les propos du Ministre d’État le Pr FAME NDONGO qui déclarait fonctionnel le site de l’école des Mines de cette localité située dans la région de l’Adamaoua. « J’ai visité ce jour le chantier abandonné de l’École des Mines mais déclaré fonctionnel par le gouvernement et le rectorat depuis 2017″, a tweeté Cabral Libii, député à l’assemblée nationale et Président du PCRN.

Tromperie de Fame Ndondo

Le 17 juin 2020, lors des questions orales face aux sénateurs, le ministre de l’enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo a été interpellé sur le fonctionnement de l’Ecole de Mine et de Géologie (EGEM) de l’université de N’Gaoundéré délocalisée à Meïganga. Le patron des universités avait déclaré: « l’Ecole de géologie et d’exploitation minière, parce qu’elle a été délocalisée à Meïganga, serait l’ombre d’elle-même de par ses infrastructures. Nous sommes dans le Mbéré, et pourtant, elle fonctionne bel et bien avec des amphis, avec des ateliers, avec des labos, comme toute école qui se respecte. ».

EGEM, une école abandonnée dans la broussaille

Une réponse stupéfiante qui a stimulé les partis politiques, les médias et les particuliers à mener leur propre enquête.  Le tri hebdomadaire l’œil du Sahel, dans un dossier publié le 19 juin 2020, a titré à la Une : « Egem de Meïganga, les contre-vérités de Fame Ndongo ». Sur la photo illustrative, une école abandonnée dans la broussaille. Ce sujet n’a pas laissé indifférent les internautes, qui ont filmé, partagé et commenté les photos et vidéos de ladite école, pour appuyer le dossier de l’œil du Sahel. 

Historique de l’EGEM

L’Ecole de géologie et d’exploitation minière (EGEM) a été créée par décret N°93/028/ du 19 Janvier 1993 portant organisation administrative et académique de l’Université de N’Gaoundéré. C’est 18 ans après qu’elle prend corps, d’abord par arrêté n° 00074/MINSUP du 27 avril 2011 portant ouverture et délocalisation de cette institution à Meïganga, et ensuite par lettre N°11 00105/MINSUP/CAB/USV du 18 Mai 2011, qui consacrait son fonctionnement. 2 ans après son ouverture, les étudiants ont dénoncé une mauvaise gestion administrative.

Indignation des étudiants

En novembre 2015, ils ont initié un mouvement de grève dénommé « Collectif sauvons l’EGEM », pour s’indigner contre les problèmes de relevés de notes, la qualité des enseignements, l’absence des infrastructures et matériels de laboratoire, les difficultés liées aux stages. Par la suite, ils ont revendiqué la dénomination de leurs diplômes et leurs attestations de fin d’étude, leurs primes d’excellence et l’intégration à la fonction publique. Le gouvernement a décidé de trouver une solution, laquelle fut éphémère. Par conséquent, l’institution s’est éteinte et ses bâtiments se trouvent dans la broussaille.

Cette autre ruse de Fame Ndongo

Ce n’est pas un fait nouveau que le gouvernement dupe le peuple, plus précisément les étudiants. En 2017, les prix, la qualité et la capacité des 500 000 ordinateurs offerts par le président Paul Biya avait permis de voir la ruse du gouvernement.  Le Ministre de l’enseignement Supérieur et ministre d’Etat le professeur Jacques Fame Ndongo était accusé entre autre de malversation financière et de moquerie à l’endroit des étudiants.  L’on se souvient des propos suivants : « Ces ordinateurs sont dotés de disques SSD qui sont ultra rapides. C’est des disques SSD de 32 Go. Initialement, quand on va voir ça, on va dire que 32Go c’est petit. Avec cette technologie, 32 Go ça fait 500 Go dans l’ancienne technologie. La convention qui a été signée avec Microsoft permet aux étudiants d’avoir des espaces de stockage dans le cloud qui va de 100 Go à un tera. Pendant trois ans, les étudiants ont ça gratuitement », avait-t-il souligné.

Share:

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.