La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) doit lancer officiellement ce 26 février 2020, sa nouvelle usine de Douala.

D’une capacité de production de 4 000 bouteilles de 60 et 65 Cl par heure, la nouvelle usine installée au quartier Ndokoti a coûté 12 milliards FCFA. L’unité de Douala est la 19eme du genre en terre camerounaise. C’est une preuve que les Brasseries du Cameroun tiennent à garder le contrôle du secteur brassicole au Cameroun.

Entrée en production en fin d’année dernière, l’usine de Ndokoti a été construite en 06 mois.  La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun veut être le leader agro-industriel régional de référence. Elle entend s’imposer par tous les moyens dans la production et la commercialisation de boissons au sein d’une organisation performante, rentable, moderne et citoyenne.

Pour soutenir cette vision, la SABC s’est inscrite dans un processus d’amélioration continue, de modernisation constante de son système de management et de gestion pour renforcer son engagement en faveur de la promotion d’une culture de la qualité. La SABC est certifiée ISO 9001, FSSC 22000, ANOR. La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun étant cotée à la bourse de Paris, l’autorité compétente au sein de l’Union Européenne pour le contrôle de l’information financière de SABC est l’Autorité des marchés financiers française.

La crise anglophone a freiné l’activité de la SABC qui a subi des destructions énormes de son matériel de production. Il y a eu la fermeture des points de vente des distributeurs privés de ventes. La société a enregistré 15 braquages. Ses véhicules ont été incendiés (camions, pickups). Les pertes en produits et emballages s’élèvent à plus de 500 millions FCFA.

Face aux risques de kidnapping et menaces à l’encontre de ses employés dans les deux régions anglophones, et pour garantir leur sécurité et celle de leurs familles nous avons pris la décision de fermer certains de nos centres de distribution à partir du mois de juin 2018 (Muyuka, Manfé, Kumba dans le Sud-Ouest ; Wum, Fundong, Kumbo, Nkambe dans le Nord-Ouest). Les périodes de fermeture s’élèvent à date à 350 jours, soit un manque à gagner de plus de 400 millions FCFA. Tout cela a fait perdre 10 points de croissance.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *