C’est en matinée du 9 Avril 2020 au carrefour dit SKalom dans le 3e arrondissement de la capitale politique, que le drame s’est produit. Les autorités administratives sont descendues sur les lieux, pour constater les faits et consoler la population attristée.

Le 9 Avril 2020, marque un jeudi noir pour les riverains du carrefour Skalom, non loin de la chapelle Obili à Yaoundé. C’est au environ de 8h, qu’un bâtiment s’est effondré. Bilan : 1 morts 4 blessés. Ces chiffres sont provisoires, étant donné que de nombreuses familles étaient en confinement avec le coronavirus qui fait des ravages dehors.  « Un corps a été formellement extrait des décombres. Quelques miraculés ont également été identifiés », relaye un confrère.

Ce drame a vu le déploiement des équipes du Génie militaire, des Sapeurs-pompiers, de la Croix rouge camerounaise et de la Direction de la protection civile du ministère de l’Administration Territoriale (MINAT). Ces derniers ont œuvré durant toute la journée, en collaboration avec les forces du maintien de l’ordre et les riverains pour sortir vivants et morts des décombres. Les autorités administratives et municipales sont descendues sur le terrain, notamment le Gouverneur de la région du Centre NASERI PAUL BEA et le préfet du département du Mfoundi (ville de Yaoundé), Jean Claude TSILA.

En effet, des personnes proches des locataires dudit immeuble racontent que le bâtiment présentait déjà des fissures, mais aucun moyen n’a été déployé pour remédier au problème. Il y’a moins de 5 mois, l’effondrement d’un immeuble au quartier Biem-assi lac à Yaoundé a fait 4 morts et 12 blessés graves. Le matériel de construction n’était pas de bonne qualité. Il a fallu fouiller pendant trois jours, pour extraire tous les corps des décombres. Ce dernier drame du carrefour Skalom, va surement motiver les autorités compétentes à mener une enquête sur la qualité du matériel construction qui sont communément utilisés dans les chantiers.

Share:

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.