Douala, capitale économique du Cameroun. Afrique centrale. Ce lundi 15 février 2021, au quartier Makepe, lieu dit Rhône-Poulenc.

Une opération de contrôle  d’impôt libératoire tourne mal. Il s’agit pour la police municipale de la mairie de Douala 5 ème ( Bonamoussadi)  de saisir les motos taxis dont l’impôt libératoire n’a pas encore été payé.

Mais les éléments de la police municipale qui ont déjà saisi une dizaine de motos, ne vont pas se voir dérouler un tapis rouge. Les mototaximen se regroupent en toute solidarité, et opposent une résistance farouche aux agents de la police municipale. Pour les conducteurs de moto, aucun engin ne doit plus bouger. La tension est palpable. D’un côté, collecteurs d’impôts et police municipale, et de l’autre, mototaximen. Face au très grand nombre de conducteurs de moto, la police municipale recule, et appelle la police en renfort.

Affrontements, gaz lacrymogènes. Confusion totale. A chaque seconde, on craint le pire. Fort heureusement, le calme revient, et les hostilités prennent fin. Plusieurs personnes lucides ont invité les uns et les autres à la retenue. Mais il faut à l’avenir, trouver des passerelles de médiation entre contribuables et mairie de Douala 5 ème.

Le flux rss de camer.be

Share: