A la suite des pluies diluviennes qui s’abattent sur la capitale depuis la nuit du 20 Août 2020, les habitants de certains quartiers se sont réveillés les pieds dans l’eau.

La ville de Douala à nouveau éprouvée par les inondations ce 21 Août 2020. Une dizaine de quartiers ont été affectés, après un violent épisode de pluie qui a débuté à la veille. Les eaux n’ont épargné ni les quartiers mal lotis tels Makèpe Missokè, Bepanda, Mabanda, ni les quartiers résidentiels tels Bonapriso, Denver, Makèpe Orly, encore moins le centre commercial à Akwa, où la circulation est presqu’impossible. C’est le même schéma le long des axes Sandaga-Ancienne direction des douanes, Bonakouamouang-Salle des fêtes d’Akwa, Nouvelle route Bonabassem – Makèpe…

Au lieudit Massombo sur l’ancienne route Douala-Yaoundé, des arbres sont tombés sur des véhicules garés. Même s’il y’a pas eu de perte en vie humaine, il faut craindre un bilan matériel très alarmant.  Plusieurs personnes révèlent que cette inondation spectaculaire n’est pas une surprise, il fallait s’y attendre.  « Le ministère de la Décentralisation et du développement local avait prévenu les communes de nettoyer les drains, que le pire devrait arriver d’ici peu. Mais au lieu de cure les drains, les maires sont entrain de pleurer les arriérés de salaires », raconte M. Dongmo, un habitant de la capitale économique.

Dans la même lancée, l’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONAC), avait évoqué un «risque très élevé des cas d’inondations à travers le Cameroun». Le ministre de la Décentralisation et du Développement Local (Minddevel), Georges Elanga Obam, a instruit aux 360 mairies et communes du pays, de procéder à l’organisation des campagnes de lutte contre l’insalubrité dans leurs communes et communautés urbaines respectives. Pour le Minddevel, ce moyen permettra de limiter le pis.

Pourtant plusieurs citoyens estiment que les mesures indispensables pour barrer la voie aux inondations résident dans la reconstruction de la ville.  « Il faut casser la ville, la redessiner, chasser les gens qui sont dans le domaine public, viabiliser les territoires. L’état n’a pas fait son job car on n’a pas tenu compte de la démographie. Aucune prévision n’a été faite pour palier à ce problème. Stop aux solutions cosmétiques », déclare un patriote bien informé. 

Share:

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.