Le CODE (Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques de la Diaspora camerounaise) demande une enquête internationale pour établir la vérité sur la mort du journaliste Samuel Wazizi et sur la disparition de son corps.

Cette association des Camerounais de la diaspora a en outre appelé à «une enquête internationale, indépendante et objective» pour «élucider le meurtre et traduire les responsables devant la justice».

L’intégralité du communiqué

Disparition du corps du journaliste Wazizi: Une enquête internationale exigée par le CODE

Le journaliste camerounais décédé en août 2019 dans les circonstances troubles, son corps n’a toujours pas été rendu à sa famille .

Samuel Wazizi, 35 ans, de son vrai nom, Samuel Ajiekah Abuwe, journaliste d’expression anglaise à la CHILLEN MUZIK AND TELEVISION (CMTV) de Buea, interpellé le 2 août 2019 a été incarcéré dans les locaux de la police de Muea avant d’être exfiltré pour une destination inconnue.

Il est décédé le 17 août 2019 (Date communiquée par les autorités Camerounaises) lors de sa détention dans une prison secrète de Yaoundé. Le ministère camerounais de la Défense a affirmé récemment que le journaliste est décédé le 17 août – soit 14 jours après son arrestation – des suites d’une septicémie sévère, à l’hôpital militaire de Yaoundé.

Depuis lors, la famille Wazizi attend le corps de leur membre pour organiser des obsèques dignes

L’hostilité du pouvoir de Yaoundé à l’égard des journalistes autres que ceux qui font son éloge ne rassure pas la communauté nationale et internationale dans son espoir de retrouver le corps de Samuel Wazizi.

Pour le CODE, en vertu des droits national et international des droits de l’Homme, les autorités camerounaises ont l’obligation d’établir les responsabilités pour chaque décès survenu en détention.

Face à ce nouveau cas assez préoccupant pour les professionnels de la communication au Cameroun, le CODE
-Exige une enquête internationale, indépendante et objective pour élucider le meurtre et traduire les responsables devant la justice.

– Invite le gouvernement camerounais à apporter des clarifications sur la disparition du corps de Samuel Wazizi.

– Exhorte le gouvernement camerounais à garantir la liberté de presse conformément au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel il est partie.

– Sollicite la prompte intervention des autorités compétentes, des associations professionnelles des médias, de la société civile et des organisations de défense des Droits de l’Homme, en vue de trouver les voies et moyens pour régler au mieux cette affaire.

Fait à Bruxelles le 02/10/2020

Pour la Cellule opérationnelle d’alertes
Ophilia Bih

http://lecode.canalblog.com  
comitedecoordinationcode@yahoo.fr 

Ampliation :
– Presse nationale et internationale
– Présidence de la république du Cameroun
– Partis politiques camerounais
– Organisations nationales et internationales de défense et de promotion des droits humains
– Organisations de défense des droits des journalistes

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar