Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Au moins deux personnes ont trouvé la mort dans des affrontements à l’arme automatique, opposant Arabe Choa et Mousgoum dans la région de l’Extrême-nord, ce mardi, 11 janvier 2022.

Deux nouvelles personnes ont perdu la vie dans des violences à Kousseri. Selon le Gouverneur de la région de l’Extrême-nord, « tout est parti de l’arrestation par des gendarmes d’un Arabe Choa qui avait utilisé une arme de guerre, lundi, pour tuer deux Mousgoums à Kousseri ». Dans la foulée, « des badauds sont descendus dans les rues manifester en brûlant des pneus », précise Midjiyawa Bakary, dans des propos recueillis par l’agence de presse Anadolu.

Tirs à l’arme automatique

Ces affrontements opposent régulièrement des pêcheurs d’origine Mousgoum à des bergers Arabe Choa. Des témoignages sur place font état de tirs à l’arme automatique qui auraient émaillé les violences, dans la nuit de lundi à mardi. Un important dispositif sécuritaire a immédiatement déployé pour sécuriser la ville de Kousseri.

Il ne s’agit pas d’incidents isolés. Début décembre 2021, déjà, deux autres personnes avaient été tuées dans des affrontements similaires dans le département du Logone et Chari. Plusieurs personnes avaient également été blessées. Plus tôt dans l’année, en aout, 12 personnes avaient trouvé la mort dans les deux camps.

Aussi, le préfet du Logone-et-Chari, Jean Lazare Ndongo Ndongo a-t-il mis sur pied un comité de gestion de crise composé de 20 membres. Composé de 10 représentants de chaque communauté, il a pour mission d’assurer le dialogue interethnique entre Mousgoum et Arabe Choa. Seulement, les violences se poursuivent.

Réfugiés

Une situation qui pousse des milliers d’habitants de la région à fuir leur domicile pour se réfugier au Tchad voisin. Selon les estimations du HCR et du gouvernement tchadien, plus de 100.000 camerounais ont fui les violences intercommunautaires au Cameroun, pour trouver refuge à l’ouest de Ndjamena.

Ce mardi, 11 janvier 2022, le HCR a lancé l’opération d’enregistrement biométrique de 37.000 réfugiés camerounais arrivés au Tchad à partir du 05 Décembre 2021. L’objectif étant de leur permettre de bénéficier de l’assistance humanitaire nécessaire, ainsi que la protection de leur pays d’accueil.

Share:

Avatar

editor